Denain: des années d’abstinence célébrées chez les Alcooliques anonymes

Publié le par kreizker

in "La Voix du Nord" (France), 6 juin 2016

Jeudi soir, à la salle des permanences, la section des Alcooliques anonymes (AA) de Denain a fêté les anniversaires d’abstinence de neuf de ses membres.

À cette occasion, les membres des sections voisines ont été invités à partager ces moments importants pour chacun.

Louisette (1) a ouvert la réunion en rappelant la fonction des AA, une association d’hommes et de femmes qui partagent entre eux leur expérience, leur force et leur espoir. Leur but est de résoudre leur problème commun et d’aider les autres alcooliques à se rétablir. Le désir d’arrêter de boire est la seule condition pour devenir un membre des AA. L’association ne demande ni cotisation, ni droit d’entrée.

Ensuite chaque membre concerné par un anniversaire a pris la parole, dont deux qui en sont à leur première année, celle considérée comme la plus difficile. Il faut savoir que chez les AA, chaque prise de parole débute de la façon suivante : « Je suis alcoolique abstinent, je n’ai pas pris de verre aujourd’hui, je vais bien. Alcoolique pour toujours et abstinent pour aujourd’hui. »

Sophie (1 an) : « Un soir, je me suis couchée en pensant que j’étais quelqu’un de tout à fait normal. Le lendemain, dès le matin, j’ai consommé et je me suis rendu compte que j’avais un problème avec l’alcool. J’ai alors appelé une infirmière de l’antenne d’alcoologie. J’ai fait une cure de deux semaines à Saint-Amand. Je pensais qu’à la sortie tout allait être simple. Mais devenir abstinente est compliqué et le demeurer encore plus. Heureusement j’ai été aidée par ma famille proche, l’antenne d’alcoologie de Denain et les AA. Au cours des réunions avec eux et avec les Al-Anon (2), on se rend compte du mal que l’on fait également à ses proches. Désormais je vis plus de moments heureux que de moments difficiles ».

Virginie (1 an) : « J’avais déjà fait onze mois d’abstinence, mais jamais un an. Aujourd’hui l’alcool est sorti de ma tête, grâce à mes amis AA je n’ai jamais abandonné. Je suis fière de moi et je remercie mon mari membre des Al-Anon. Je vais vous lire cette phrase qui me correspond bien : Pour longue que soit la nuit, elle ne peut empêcher le soleil de se lever ».

Pierre : (3 ans) « C’est grâce à l’antenne denaisienne des AA que j’ai pu résoudre mon problème d’alcool ».

Jean (4 ans) : « Les réunions permettent de ne jamais abandonner. Venir aux réunions me garde en sécurité par rapport à l’alcool. J’essaie de faire un jour à la fois, mais l’abstinence paye ».

Didier (7 ans) : « Cela fait sept ans, je n’en reviens pas. C’est mon épouse qui m’a fait connaître les AA. Je n’ai pas fait de cure, désormais je ne pense même plus à l’alcool, tout va bien ».

Alban (9 ans) : « J’ai toujours en mémoire les différentes étapes qui m’ont permis d’être là aujourd’hui. Pourquoi nous quittons la bouteille, parce que nous sommes plus faibles que l’alcool. Une défaite synonyme de victoire. Enfin, on redevient soi-même, merci à tous et à mon épouse membre des Al-Anon ».

Philippe (16 ans) : « La décision importante est bien sûr celle d’arrêter et il faut s’y tenir. Ensuite, il faut se remettre en état et trouver une nouvelle façon de vivre ».

Louisette (23 ans) : « Qui n’a jamais eu envie de baisser les bras devant les difficultés surtout lorsqu’elles semblent insurmontables ? C’est vrai, il ne faut jamais abandonner ».

Lors de cette réunion, il y eu également le témoignage émouvant d’Évelyne, la compagne de Philippe : « Nous avons été mariés durant dix-sept ans, dont onze d’alcoolisme. Nous avons divorcé et nous avons vécu chacun de notre côté durant onze ans. J’ai retrouvé Philippe libéré de l’alcool et, depuis trois ans, nous sommes de nouveau ensemble. Malheureusement l’alcool nous a privé de nombreuses années de bonheur ».

Les Alcooliques Anonymes se retrouvent avec les Al-Anon chaque jeudi à la salle de permanences. Les personnes ayant des problèmes d’alcool peuvent appeler 24 h sur 24 le numéro cristal : 09 69 39 40 20. L’appel est gratuit.

(1) les prénoms ont été modifiés ; (2) les Al-Anon sont ouverts aux personnes qui jugent que leur vie est affectée par un problème d’alcool dont souffre un parent ou un ami.

Publié dans AA france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article