"Je suis tombée dans l'alcool"

Publié le par kreizker

in "Centre Presse" (France), 6 juin 2016

"Je suis tombée dans l'alcool"

Le groupe de Poitiers des Alcooliques Anonymes a célébré dernièrement les dix ans et trois ans d'abstinence de trois de ses membres. Leurs témoignages sont forts.

 

Dix ans d'abstinence, je n'y croyais pas trop. À l'époque, je n'étais pas fichu de tenir dix heures sans boire. Mais devenir alcoolique, c'est une maladie: je l'ai appris. Je me pensais dépressif, pas alcoolique... J'ai aussi appris à évacuer la honte et la culpabilité.Philippe (*), membre des Alcooliques Anonymes de Poitiers, célébrait il y a quelques jours l'anniversaire de son abstinence. Avec lui, Rémi et Valou (3 ans d'abstinence), ont témoigné eux aussi de leur combat contre cette maladie souvent silencieuse.

 

Valou raconte avoir été piégée par le côté festif de l'alcool

Avec eux ce soir-là, il y avait aussi des proches (épouse et enfants). Les Alcooliques Anonymes ont en effet deux structures, les AL-Anon et Alateen prenant en compte les familles et les amis des alcooliques (voir encadré). 
Les anciens alcooliques composent l'essentiel des bénévoles des associations d'aide. C'est évidemment aussi le cas aux Alcooliques Anonymes, où la lutte contre la tentation de l'alcoolisation et le soutien des malades sont l'axe majeur de la dynamique de groupe. 
A propos de son parcours, Philippe complète: « J'ai perdu deux fois mon permis de conduire. Mon divorce m'a chamboulé et mon alcoolisme a aussi provoqué des désordres professionnels. Je me demande comment mes enfants se sont construits... » Justement, Kevin et Sophie, ses enfants, sont à ses côtés, ayant répondu à l'invitation de leur père. « Aujourd'hui, on a retrouvé quelque chose qui était cassé. Je suis fier de voir qu'il s'en sort et qu'il aide les autres », explique Kevin. Philippe confirme: « Aider l'autre à ne pas prendre ce fichu premier verre, cela m'a aussi aidé, moi. Lors de ma première réunion des AA, j'étais le seul alcoolique pratiquant et c'était la première fois que je voyais des abstinents.... J'ai tenu six mois mais j'étais malheureux et j'ai rechuté. J'avais honte... J'ai fini ma cure et je suis revenu, pas fier de moi. Je suis devenu abstinent mais il m'a fallu quatre ans et une dépression pour entrer vraiment dans le programme. Je me suis ouvert à d'autres groupes. J'en remercie tous les membres. Merci aussi à mon médecin et à mes enfants ». Il souffle ensuite sa bougie d'anniversaire.

 

Une grande famille

« J'ai été piégée par le côté festif du petit verre, puis de la bouteille... Je ne me suis pas rendue compte que l'alcool entrait en moi », témoigne à son tour Valou, « tombée dans l'alcool » après un deuil, avant de souffler la bougie symbolisant ses trois années d'abstinence.
Elle raconte le moment « décisif » qu'a été son entrée en cure de désintoxication à Jonzac (Charente). « J'ai pris mon dernier verre à 6h du matin... Sept mois avant, j'étais entrée aux Alcooliques Anonymes pour trouver une réponse face à mon impuissance. Depuis, je viens à toutes les réunions du mardi pour me retrouver au sein de cette grande famille ».

 

Sortir du cercle vicieux

Rémi est lui aussi abstinent depuis trois ans: « Je ne me voyais pas arrêter. Depuis 2009, j'ai fait une rechute, avec des cures et même de l'hospitalisation. Mais je l'ai fait. Honnêtement, je ne sais pas comment. Je viens aux réunions des AA. Au départ, j'hésitais mais cela a marché de me retrouver avec des gens qui me comprennent. Je suis sorti du cercle vicieux, celui où on se sent coupable, alors on boit... C'est bon de se sentir vivre à nouveau ».

 

(*) A la demande des personnes concernées, les prénoms ont été changés, sauf pour Valou.

 

en savoir plus

Fondé aux États-Unis en 1935, le mouvement des Alcooliques Anonymes (AA) s'est installé en France en 1960. Les réunions du groupe de Poitiers se déroulent toute l'année (pas de pause durant les vacances) le mardi de 19h à 20h30 au 198 bis du faubourg du Pont Neuf et le jeudi de 20h30 à 22h au 6 rue du Doyenné. Les 2e mardi et 4 jeudi du mois, elles sont ouvertes à tous. Un bénévole sert de modérateur. Chacun se présente et intervient tour à tour. Il faut lever la main pour demander la parole. Les rituels, notamment les douze étapes et les douze traditions, sont très importants. 
Le groupe de Poitiers est l'un des deux de la Vienne avec Civray . Un « représentant au service général » est durant deux ans le porte-parole du groupe à la structure régionale, pour l'instant basée à Niort. Les AA fonctionnent sans subvention, ce qui leur évite les difficultés financières des autres associations. Un panier ou sac circule en fin de réunion pour recueillir les donations des présents. Les groupes AL-Anon ou Alateen concernent les «alliés» (amis et membres des familles) des alcooliques. Comme toutes les addictions, l'alcoolisme a des répercussions sur les proches.

AA, contact téléphonique national 09.69.39.40.20.
24h sur 24 et 7 jours sur 7, (N° Cristal non surtaxé) A Poitiers,
tél. 07.85.90.06.05. aapoitiers86000@ gmail.com
AL-Anon et Alatenne Poitou-Charentes,
tél. 07.50.88.67.73. 
alanon.alatene.16.17.79.86@ 
gmail.com

Publié dans AA france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article