"Ce n'est pas plate être sobre"

Publié le par kreizker

 in "L'Info du Nord Sainte-Agathe",18 avril 2017

Témoignage à l'aube du Congrès des AA à Mont-Tremblant

 

Une dame de la région témoigne avoir changé de vie grâce au soutien des Alcooliques Anonymes (AA). Impliquée et épanouie, elle invite la population à découvrir les bienfaits de l’organisation dans le cadre du prochain congrès du 21 au 23 avril au Grand Lodge de Mont-Tremblant.

Une dame de la région témoigne avoir changé de vie grâce au soutien des Alcooliques Anonymes (AA). Impliquée et épanouie, elle invite la population à découvrir les bienfaits de l’organisation dans le cadre du prochain congrès du 21 au 23 avril au Grand Lodge de Mont-Tremblant.

Publicité 
 
 
 

 

par Isabelle Houle/collaboration spéciale

Suzanne (nom fictif) affirme qu’elle a toujours aimé faire la fête. « J’étais une fille de party, j’avais le vin gai disons », soutient-elle.

Elle raconte avoir été dépendante de l’alcool durant 18 ans. Elle dit avoir eu une belle enfance, ne pas avoir vécu de traumatismes comme on pourrait souvent le croire lorsqu’une personne développe ce type de dépendance. « Non, je n’ai pas perdu d’emploi à répétition, ni ma famille, ni fait faillite, ni la prison, ni la prostitution, etc. Par contre j’ai souffert de mon alcoolisme et atteint mon bas fond pareil.  La souffrance c’est personnel et ça ne se compare pas. »

 
 
 

Je me disais cette semaine je vais être tranquille mais cette semaine-là n'arrivait jamais

Suzanne (nom fictif)

Publicité 
 
 
 

 

À l’âge de 33 ans, elle s’est rendue compte que sa vie « n’allait nulle part ». « Je me disais toujours : « Cette semaine, je vais être tranquille. Mais cette semaine-là n’arrivait jamais. Je ne voulais plus continuer cette vie-là. »

 

De l’espoir

Une personne l’a aidée et lui a suggéré de participer à une rencontre des AA. « La belle aventure a débuté pour moi. J’ai été accueillie chaleureusement », ajoute Suzanne. C’est à partir de là qu’elle a compris que « le problème c’était la première bière. Je ne savais pas ça. L’alcoolisme prend possession de nous. »

Depuis, elle vit une journée à la fois et n’a jamais rechuté. « Ce n’est pas plate être sobre! Le soutien des AA offre un beau mode de vie pour se rétablir et ça marche. Je suis une fille heureuse et accomplie. Je me réalise aujourd’hui. »

Suzanne soulignera sa 14e année de sobriété le 1er mai. Impliquée au sein de l’organisme, elle rappelle que la seule condition pour devenir membre des AA est d’avoir le désir d’arrêter de boire. Tout le monde, alcooliques ou non, peut assister aux rencontres et aux congrès. Les AA est un mouvement de partage basé sur le bénévolat qui s’autofinance par ses contributions. Plus de deux millions d’alcooliques dans le monde y ont adhéré.

Pour en savoir plus sur le 44e Congrès des AA des Laurentides, composez le 1 (819) 321-7502.

 

Publié dans AA Québec

Commenter cet article