"L’alcool est-il en train de détruire votre vie?"

Publié le par kreizker

in "Le Courrier Sud" (Québec), 30 avril 2017

"L’alcool est-il en train de détruire votre vie?"

Congrès des AA le 6 mai

 

SANTÉ. Il ne se passe pas une journée sans que l’on voit ou l’on entende dans les médias d’Information qu’un accident a été causé par un chauffard en état d’ébriété, un jeune homme ou une jeune femme s’est suicidé à la suite de consommation abusive, une femme a été battue par un mari ivre, une personne a été arrêtée pour la xième fois en état d’ébriété.

Publicité 
 
 
 

 

Pour la plupart des gens normaux, le fait de prendre un verre est synonyme d’une détente qui fait disparaître la tension, l’ennui ou les soucis. Mais pour l’alcoolique actif, ces anciens plaisirs ont disparu. Il (elle) pense qu’il (elle) pourra un jour contrôler sa consommation d’alcool mais il n’en est rien. Chaque jour devient un cauchemar. Les alcooliques voient dans l’alcool le seul moyen qui puisse leur donner confiance en eux-mêmes et les aider à se sentir à l’aise avec les autres. Il leur arrive fréquemment de vouloir prendre « juste un dernier verre » à la fin d’une soirée. Ils anticipent leurs occasions de boire et cette pensée occupe tout leur esprit. Ils essaient de contrôler leur façon de boire en changeant de sorte de boisson ou en s’imposant des périodes d’abstinence ou en prenant toutes sortes de résolutions. Ils prennent quelques verres en cachette. Ils mentent au sujet de la quantité qu’ils consomment. Ils cachent des bouteilles. Ils boivent à leur travail (ou à l’école). Ils boivent seuls, ils ont des trous de mémoire. Ils boivent le matin pour se « ramener ». Ils éprouvent des sentiments de culpabilité et de crainte. Ils tremblent beaucoup et peuvent avoir des hallucinations ou connaître des convulsions quand ils sont en manque d’alcool.

 

 
Pour leur famille et leurs proches, c’est un enfer sur terre. Ils se sentent démunis, se demandent comment faire pour les amener à contrôler leurs consommations, ressentent de la honte, ont peur, essaient de cacher leurs problèmes. Ils oscillent parfois entre l’amour et la haine. Ils sont découragés. Al-Anon peut les aider.

 

 
 
Le samedi 6 mai 2017 se tiendra à la salle Félix Leclerc, au 1001 Rang St-Malo à Trois-Rivières (secteur Ste-Marthe) le 33e congrès des Alcooliques Anonymes sous le thème « La force des  groupes ». Le congrès est organisé en collaboration avec les groupes familiaux Al-Anon.

 

 
 
Le tout débute à compter de 9h00 et ce jusqu’à 22h00. Différents conférenciers et conférencières venus d’un peu partout au Québec viendront expliquer comment se sortir de cette maladie qu’est l’alcoolisme : que vous soyez consommateur ou que vous viviez avec une personne qui a un problème de consommation.

Publié dans AA Québec

Commenter cet article