"Se libérer de la dépendance avec les Alcooliques Anonymes"

Publié le par kreizker

in "78 Actu" (France), 4 juin 2017

Les Alcooliques Anonymes (AA) de Vauban à Versailles fêtent leur 48e anniversaire. Nous avons assisté à l'une de leurs réunions.

Pour son 48e anniversaire, le groupe des Alcooliques Anonymes (AA) de Vauban avait organisé une soirée spéciale à Versailles, autour du thème « heureux, joyeux et libre ».

Ces réunions fermées, organisées au moins une fois par semaine par l’un des trois groupes de Versailles, sont réservées aux alcooliques. Le désir d’arrêter de boire est la seule condition pour en devenir membre.

«  24h à la fois »

Des témoignages ont ponctué cette séance un peu spéciale, qui se tenait mercredi 17 mai.

Wilfried*, un jeune abstinent, a tout d’abord pris la parole. «Bonjour, je n’ai pas bu, et je n’ai pas envie de boire aujourd’hui », débute-t-il en guise de préambule, avant de parler de ce qu’il nomme sa « maladie alcoolique ».
« Ce qui m’aide beaucoup, c’est de commencer à être honnête avec moi-même. Pour moi pendant 24h, ne pas prendre ce premier verre, c’est un retour à la raison. Les caprices dont je suis capable sont en réalité d’une grande immaturité. Je grandis comme cela, 24h à la fois », confie le jeune homme, qui se dit « malade de ses émotions ».

Une journée à la fois semble être le leitmotiv pour beaucoup d’entre eux sur le difficile chemin qui mène à l’abstinence. Les témoignages s’enchaînent, et les langues se délient.

« Même avant de rencontrer l’alcool, j’étais dans une sorte d’illusion », poursuit Cynthia*, venue assister à sa deuxième réunion. Dans la petite salle de cette annexe de la maison de quartier Vauban, il y a autant d’hommes que de femmes ce soir-là.

Fabien* est arrivé à Vauban un mercredi soir, c’était il y a 25 ans. « 25 ans après, on peut dire que Vauban a été pour moi comme une seconde famille. J’y ai retrouvé ces douleurs de l’alcoolique dont je n’arrivais pas à sortir. Je ne peux pas oublier Vauban. Ici, c’est mon port d’attache. Alors quand il y a un anniversaire ça me touche beaucoup.» Dans cette assemblée d’« alcooliques reconnaissants », la parole agit comme un baume apaisant. Tous trouvent ainsi les ressources nécessaires pour ne pas replonger…. et se reconstruire. « Le plus important pour un alcoolique c’est qu’un groupe soit ouvert, conclut un participant. Quand on te lance une bouée, tu ne regardes pas la couleur. Tu t’accroches et c’est tout ».

*Les prénoms ont été modifiés

Pour contacter Alcooliques Anonymes : 01 48 06 43 68
Une permanence téléphonique accessible 24h/24, 7j/7, a également été mise en place au 09 69 39 40 20

Publié dans AA france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article