"Alcool : quand la parole se libère"

Publié le par kreizker

in "Le Petit Vendômois", 9 mars 2018

"Alcool : quand la parole se libère"

A Vendôme, l’association Alcooliques Anonymes a constitué depuis début février son premier groupe de parole. Claude en est l’initiateur, lui qui est sorti de l’alcoolisme il y a maintenant trente ans.

 

Claude a fait toute sa carrière professionnelle en région parisienne, puis la retraite venue, il a choisi de s’installer en Vendômois, du côté de Mondoubleau. Déjà très investi dans l’association des Alcooliques Anonymes à Paris, il a souhaité poursuivre son engagement dans sa retraite vendômoise. «Les Alcooliques Anonymes est une organisation mondiale d’entraide qui a vu le jour aux Etats-Unis, raconte Claude. C’est en 1960 que le premier groupe francophone de France fut ouvert à Paris. Aujourd’hui, ils sont 600 dans tout l’Hexagone, des dizaines de milliers d’hommes et de femmes qui combattent chaque jour cette addiction pour aboutir à l’abstinence ».

 

Une addiction faite de souffrance et de désespérance. «Les médecins ont compris qu’au terme d’une cure, la personne doit toujours être suivie, elle ne peut rester seule et a besoin de soutien», poursuit Claude, qui n’a pas hésité à pousser la porte d’un groupe de parole. «Pour la première fois, j’entendais des gens qui racontaient mon histoire…», ajoute-t-il.

 

Le programme suggéré par l’association se déroule en douze étapes, chacune étant personnalisée. «Cela permet de réfléchir, d’admettre, par exemple, que nous sommes impuissants devant l’alcool, que la dépendance est là et qu’il faut l’accepter», dit Claude. Mais, le fait de pouvoir échanger entre nous, de parler de la même chose, permet à chacun d’y puiser la force nécessaire pour combattre cette dépendance.

 

Alcooliqes Anonymes, hôpital de Vendôme, 98 rue Poterie, tous les vendredis à partir de 19h30. A gauche en entrant sur le petit parking , suivre les indications sous le porche central.

Publié dans AA france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article