"Alcooliques Anonymes. La soif de vaincre depuis 50 ans"

Publié le par kreizker

in "Le Télégramme" (France), 20 août 2018

 

Les Alcooliques Anonymes sont présents partout en Bretagne depuis 50 ans, comme ici à Pontivy

Les Alcooliques Anonymes sont présents partout en Bretagne depuis 50 ans, comme ici à Pontivy

Organisation née aux États-Unis pour aider des personnes ayant un problème avec l’alcool, les Alcooliques Anonymes fêtent, cette année, leur cinquantième année d’existence en Bretagne.

 

Tout a commencé un lundi soir de novembre 1968, dans un petit local, à Rennes. Autour de la table, deux anciens prisonniers, une religieuse. Mais aussi quelques lambdas. Des « messieurs et mesdames Tout-le-monde », réunis autour de Marcel-Henri, l’un des pionniers des Alcooliques Anonymes en Bretagne. Un mouvement né outre-Atlantique et que personne, alors, ne connaît en Armorique. Mais au fil des soirées, des rencontres et des abstinences, l’organisation va faire son chemin dans les villes bretonnes, s’implantant à droite et à gauche dans une région pas épargnée par le fléau de l’alcoolisme et surtout, profondément ancrée dans ses racines spirituelles. Ainsi, rapidement, d’autres groupes voient le jour : Elvin (56), Brest (29) puis Rostrenen (22). Pour en compter, cette année, 43 à travers la Bretagne.

 

La force des chiffres

 

De Châteaulin (29) à Lamballe (22), en passant par Pontivy (56), Quimperlé (29) ou Dinard (35), les « A.A. », comme on les appelle communément, sont donc désormais implantés aux quatre coins de la région. Avec, partout, la même entreprise : partager, entre eux, leur expérience, leur force et leur espoir dans le but d’aider d’autres alcooliques à se rétablir. Associée à aucune confession religieuse ou politique, l’association bénévole ne demande ni cotisation ni droit d’entrée : vient celui qui veut. Et en cinquante ans, ils sont « environ 2500 Bretons à avoir poussé les portes de l’organisation », chiffre Jean-Pierre, membre du comité breton. Autant d’hommes et de femmes portés par l’envie de s’en sortir. « En 50 ans, beaucoup de Bretons se sont rétablis aux A. A., glisse Jean-Pierre. Mais ce n’est qu’une solution parmi d’autres ». Une solution qui fonctionne souvent. D’ailleurs, depuis janvier de cette année, cinquante anniversaires d’abstinence ont été fêtés dans la région, dont quinze premières bougies.

 

La force des témoignages

 

Une première année sans la bouteille que vient d’ailleurs de célébrer Martine, Pontivyenne de 54 ans, qui a posé le verre comme on dépose les armes.

 

« J’ai gâché toute ma jeunesse avec 25 ans d’alcoolisme, je veux maintenant profiter de ma seconde vie », raconte la Bretonne qui, comme beaucoup d’autres, a franchi la porte des A.A. sur le conseil de son médecin. « Ce fut également mon cas, note Jean-Pierre. La première fois que j’y suis allé, j’étais bourré. Et à partir de la deuxième réunion, je n’ai plus bu une seule goutte. Cela fait 31 ans ».

D’autres, ont connu le mouvement via « une annonce dans le journal ». Ou « par l’intermédiaire d’une amie ». Ou bien encore « suite au conseil de la police ». Parfois, la liberté vient même d’ailleurs : « J’ai connu l’association avec un patron de bar, lui-même membre des A. A. ». Plus improbable : « C’était au travail : les A. A. avaient un compte dans mon agence bancaire ». Des anciens alcooliques qui racontent, avec force, leur résilience. « Dans les réunions, il y a une sorte de magie qui me soutient et avec laquelle je ne me sens plus seule », raconte la Rennaise Yvonne. « Cet endroit est un refuge », estime François, de Brest. « Grâce aux A.A., j’ai arrêté de boire, mon fils et ex-femme m’ont recontacté », se réjouit Paul, de Saint-Brieuc. Des confessions touchantes, chaleureuses. Et marquantes, comme celle du Pontivyen Jean-René. « Quelque temps après avoir arrêté de boire grâce aux A.A., j’ai fait un AVC. Le chirurgien m’a dit que si j’avais continué à picoler, je n’en aurais pas eu. Je lui ai dit : ah, merde, si j’avais su ! Il m’a répondu : oui, car vous seriez mort depuis longtemps ».


Contact.

Permanence téléphonique 24 heures sur 24 au 09.69.39.40.20. Site web : www.alcooliques-anonymes.fr. Les Alcooliques Anonymes sont également présents sur Facebook et sur Twitter.


 

 

"Alcooliques Anonymes. La soif de vaincre depuis 50 ans"
"Alcooliques Anonymes. La soif de vaincre depuis 50 ans"

Publié dans AA Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article