"Alcooliques. La force de l’anonymat"

Publié le par kreizker

A propos du groupe "Partage" de Quimperlé :

http://www.kreizker.net/2018/07/france-alcooliques-anonymes.html

 

in "Le Télégramme" (France), 14 Janvier 2019

L’alcool reste la substance psychoactive la plus consommée en France. « Il est possible de s’en sortir, mais pas seul».

L’alcool reste la substance psychoactive la plus consommée en France. « Il est possible de s’en sortir, mais pas seul».

L’anonymat comme une clé, et la volonté d’aider pour moteur : les Alcooliques Anonymes de Quimperlé accueillent dans la discrétion, c’est une de leurs forces.

 

C’est une association qui n’a ni registre de membres ni dossiers personnels. « Les nouveaux venus doivent avoir la complète assurance qu’en demandant notre aide, leur identité ne sera révélée à personne à l’extérieur du mouvement », indique la brochure officielle. Celle-ci édicte par ailleurs que « l’idée d’anonymat personnel revêt, pour nous, une signification spirituelle en ce sens qu’elle décourage les appétits de reconnaissance, de pouvoir, de prestige ou d’intérêt qui ont causé tant de difficultés à d’autres organismes ».

 

« Partage » depuis 2001

Accueil chaleureux, écoute bienveillante, partage d’expériences, sortie de l’isolement sont encore les clés proposées par l’association. Le groupe quimperlois, créé en 2001, se dénomme « Partage ». Il réunit chaque vendredi environ une dizaine de membres


Des réunions très ritualisées quant aux horaires, quant à la durée (une heure trente) et quant au déroulement. Une première lecture rappelle l’objet de l’association, d’autres textes peuvent être proposés par le modérateur sur différents thèmes, avant que ceux qui le souhaitent ne s’expriment. La parole est libre : « Personne ne s’interrompt. Je peux dire ce que j’ai sur le cœur », précise André (*), l’un des membres fondateurs.
« Cette rigueur, c’est primordial pour se remettre dans le droit chemin, explique Henri, abstinent depuis un an. J’ai bien vu qu’il fallait se mettre à cette façon de faire, à cette discipline ».
André précise : « Nous sommes là pour être dans un cadre, une rigueur que nous n’avons pas naturellement. Par définition, nous sommes des rebelles. Mais je ne parle qu’en mon nom », modère rapidement celui qui fait état de « vingt ans d’abstinence ».

« Réveil spirituel »

Les rencontres reprennent également les points du rétablissement en douze étapes, outil de « reconstruction intérieure » pensé par les fondateurs du mouvement, aux États-Unis, dans les années trente. Les douze étapes vont de pair avec un « réveil spirituel » visant à « améliorer notre contact conscient avec Dieu ». Pour autant, l’association se démarque « de toute influence religieuse, mais l’expérience de la spiritualité est nécessaire, estime André. Il faut une révolution de la personnalité pour sortir de l’addiction ».

« En travaillant ensemble, nos interventions complémentaires permettent d’accompagner les malades alcooliques vers une nouvelle vie libérée de l’alcool et de son chaos ». L’association compte environ 6 000 membres en France, répartis dans 500 groupes, dont 24 au sein d’établissements de soins et 6 en milieu carcéral.

 

 

* Les prénoms ont été changés
Pratique
Alcooliques Anonymes. Tous les vendredis à 19 h 30. Réunion dans le bâtiment de l’office de tourisme, 3 place Charles-de-Gaulle, salle Ile de Batz, au 1er étage. Contact : tél. 06 63 17 53 24, aaaquimperle@gmail.com, www.alcooliques-anonymes.fr

 

Publié dans AA Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article