"Vienne : les Alcooliques Anonymes se soutiennent en visio"

Publié le par kreizker

in "La Nouvelle République" (France), 16 Avril 2020

La visio-réunion peut aider les personnes en souffrance pour réussir à dire non à l’alcool.

La visio-réunion peut aider les personnes en souffrance pour réussir à dire non à l’alcool.

Comment supporter le confinement quand on est malade de l’alcool ? Les groupes poitevins des Alcooliques Anonymes restent très présents avec des visio-réunions pour se soutenir.

On n’est pas forcément encore abstinent quand on vient aux Alcooliques Anonymes, mais c’est l’objectif à atteindre, jour après jour, en s’identifiant à celles et ceux qui s’en sont sortis et sont bien dans leur peau. Paul est membre du groupe de Poitiers, le bien nommé « Pas à pas » (1). « C’est une fraternité. On se soutient les uns les autres. Avec l’objectif de ne pas boire, d’abord une journée. Pour moi, au début, c’était de tenir deux heures… »Paul, la soixantaine, est abstinent depuis 15 ans. « Avec le confinement, je me suis rendu compte que mes amis me manquaient. Certains m’ont sauvé la vie… Il est toujours plus facile de parler avec un autre alcoolique, une fois qu’on a accepté de se coller cette étiquette qu’on gardera toujours. »

Le mardi et le jeudi pour garder le lien

Le confinement, comme l’isolement et la solitude, peuvent accentuer l’envie de boire. Privés de réunions physiques, les Alcooliques Anonymes ont néanmoins trouvé un moyen de garder le contact : les visio-réunions. Dans la Vienne, comme dans toute la France, les groupes se sont organisés pour maintenir le lien indispensable au parcours de chacun vers l’abstinence. « Comme cette maladie touche toutes les classes sociales, on a puisé dans les compétences des membres pour mettre en place deux visio-réunions. Les premières ont eu lieu au bout d’une semaine et demie de confinement. On a gardé le rythme du mardi et du jeudi mais changé les horaires, à 17 h au lieu de 19 h 30. »
Une vingtaine de personnes se retrouvent, parfois davantage. « On parle d’abord de notre confinement, pour échanger sur les difficultés éventuelles. On reprend ensuite la grille habituelle des thèmes. Comme les réunions physiques, elles respectent l’anonymat. Il est même possible d’être présent tout en étant invisible si on n’active pas sa caméra. »
Ces réunions virtuelles sont un grand réconfort pour les membres des AA. Paul soulève un autre problème : « Il n’y a pas de cure possible en ce moment. Les centres médico-psychologiques rouvrent, mais ce n’était pas le cas au début. Ces réunions sont donc le seul moyen de garder le lien, nécessaire pour les plus fragiles ou qui débutent leur parcours abstinent. On est en rétablissement permanent et le risque de rechute est grand quand on est fragile. »

« Une maladie sournoise, qui peut ressurgir à la moindre émotion »

Sylvie sait ce que rechuter signifie. Après 9 ans sans boire, elle a touché un verre… et replongé.« Lorsqu’on est un buveur excessif, on ne peut pas apprendre à boire, ou boire de façon contrôlée. Au contraire, on est contrôlé par l’alcool. Aux AA, on apprend à refuser un verre d’alcool, on apprend à ne plus être dans le déni. C’est le parcours de toute une vie. C’est une maladie chronique, sournoise, qui peut ressurgir à la moindre émotion qu’elle soit positive ou négative. » De nouveau abstinente depuis deux ans, assidue au programme de rétablissement de l’association, Sylvie est en télétravail. « Le confinement, rester chez soi, l’isolement sont des conditions plus dangereuses pour quelqu’un en proie à la maladie car nous sommes privés de contacts. D’où l’importance du lien avec un autre alcoolique qui l’écoutera. » Pour Sylvie, ces visio-réunions sont une aide précieuse. « Le groupe est bienveillant et apporte de l’espoir à celles et ceux qui souffrent grâce à la preuve par l’exemple. »
Franchir la porte d’une réunion est le plus compliqué. Cliquer sur un lien est sans doute plus simple…
(1) Les Alcooliques Anonymes ont deux groupes dans la Vienne à Poitiers et Civray (anglophone).

 

repères

Le premier pas : l’appel téléphonique

Pousser la porte des AA n’est pas chose aisée. Le désir d’arrêter de boire est la seule condition pour devenir membre. Paul conseille avant tout d’appeler le numéro Cristal 09.69.39.40.20, ouvert 24 h/24 et tenu par des bénévoles. « Il faut passer par ce numéro pour obtenir les liens vers les visio-réunions, où qu’elles soient. »
Le groupe de Poitiers a aussi un numéro : 06.41.32.16.18. Certaines réunions sont réservées aux malades, d’autres ouvertes (aux soignants, thésards, journalistes…). Le programme est identique dans le monde entier.
www.alcooliques-anonymes.fr

Publié dans AA france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article