"Le confinement, une épreuve de plus pour les Alcooliques Anonymes"

Publié le par kreizker

in "Le Télégramme" (France), 18 Septembre 2020

Concarneau. Les Alcooliques Anonymes se retrouvent. 

En Ville bleue, les Alcooliques Anonymes peuvent à nouveau se retrouver chaque jeudi soir. Mais depuis la reprise des réunions, mi-mai, ils sont un peu moins nombreux à venir. Une absence provisoire selon les membres rencontrés cette semaine. Des membres qui ont dû, lors du confinement, trouver des alternatives pour maintenir le lien et éviter ainsi les rechutes.

Depuis le 14 mai, les Alcooliques Anonymes du secteur de Concarneau ont retrouvé leur rendez-vous hebdomadaire du jeudi à La Balise.

Depuis le 14 mai, les Alcooliques Anonymes du secteur de Concarneau ont retrouvé leur rendez-vous hebdomadaire du jeudi à La Balise.

Le confinement a contraint les Alcooliques Anonymes à trouver des alternatives afin de maintenir le lien entre eux. Depuis mai, ils peuvent à nouveau échanger lors des réunions hebdomadaires. Les membres sont pourtant moins nombreux qu’avant.

Il est un peu plus de 20 h 30, ce jeudi, quand débute la réunion hebdomadaire des Alcooliques Anonymes de Concarneau. Ils sont six hommes assis autour de la table, dans la pièce mise à disposition par le centre socioculturel La Balise. « C’est calme, on ne devrait pas être beaucoup plus », constate Gérard*, la voix calme, avant d’ouvrir la séance. Il donne le thème de la soirée sur lequel chacun est invité à témoigner à tour de rôle : « Moi et les Alcooliques Anonymes ». L’occasion pour eux de revenir sur leur rapport à la maladie et les liens qu’ils entretiennent, parfois depuis plus de 25 ans, avec les AA. L’occasion aussi de revenir sur l’épreuve du confinement. Période où les Français auraient augmenté leur consommation d’alcool.

Les membres présents affirment avoir tenu durant ces mois d’isolement. Ce n’est pas le cas de tous. « C’était une période très anxiogène et il y a eu des rechutes », affirme Bernard, prenant comme exemple « une personne qui n’avait pas bu depuis 20 ans et qui pensait craquer. Lors de la reprise des réunions, elle s’est effondrée devant nous », relate-t-il

 

Explosion des visioconférences

Si les groupes en présentiel n’ont pas pu avoir lieu, nombre d’entre eux ont choisi de maintenir le lien durant l’isolement du pays. Notamment grâce aux échanges téléphoniques. « Tous les jeudis, on s’appelait ensemble. On pouvait se dire tout ce qu’on avait en tête », confirme Christophe.

Et comme pour le télétravail, c’est le service de visioconférence Zoom qui a été plébiscité par les AA. « Je n’ai jamais autant fait de réunions qu’à ce moment-là ! », assure Fabrice. Des rassemblements virtuels qui réunissaient jusqu’à 100 personnes simultanément, venant parfois d’autres pays. « L’inconvénient, c’est que tout le monde ne pouvait pas toujours s’exprimer. En tout cas, il n’y avait plus l’excuse de ne pas pouvoir se déplacer. Pour nous, ça a été un outil formidable ! », poursuit-il.

« On se croit sauvé, mais avec l’alcool, on ne l’est jamais vraiment ».

 

« Il y aura un effet retard »

Pour autant, certains le disent : « Les réunions ont manqué », clame Bernard. Dès le 14 mai, les rendez-vous hebdomadaires ont pu reprendre à Concarneau. « Peu de groupes ont recommencé aussi vite en Bretagne. Le conseil d’administration de La Balise a tout de suite dit que c’était son rôle de rétablir les groupes de parole », ajoute-t-il. Une reprise vécue comme un soulagement pour certains membres.

Mais ils le remarquent : les AA de Concarneau ne sont plus aussi nombreux qu’auparavant. « On avait pourtant cette crainte d’avoir plus de monde. Mais il n’y a jamais eu cet afflux-là », constate Christophe.

Personnes à risque, peur de se réunir dans un lieu clos, jauge limitée à dix personnes (malgré la possibilité de faire deux groupes) sont autant d’explications avancées. Mais pas que. « Comme toutes les activités quand elles sont interrompues, on a dû mal à les reprendre car on voit qu’on peut faire sans. Mais je suis certain qu’à un moment donné, il y aura un effet retard. On se croit sauvé, mais avec l’alcool, on ne l’est jamais vraiment », prévient Bernard.

* Les prénoms ont été modifiés

Pratique

Réunion des Alcooliques Anonymes, tous les jeudis, à partir, de 20 h 30, au centre socioculturel La Balise, à Concarneau. Toutes les mesures sanitaires sont assurées.

Publié dans AA Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article