"Un Noël virtuel pour les Alcooliques Anonymes"

Publié le par kreizker

"Radio Canada", 22 Décembre 2020

Alors que les membres en Ontario font face à une interdiction, ceux du Québec l’ont choisie, par prudence et par souci d'inclusion : les célébrations du temps des Fêtes des Alcooliques Anonymes de la région seront virtuelles cette année.

Robert fait partie des Alcooliques Anonymes depuis plusieurs années.

Au départ, il participait aux rencontres pour lui-même. Au fil des ans, les autres membres du regroupement sont devenus comme une deuxième famille. Il continue aujourd’hui de s’investir à la fois pour lui et pour les autres, car il veut aider autrui à maîtriser sa dépendance à l’alcool.

Si les Alcooliques anonymes tiennent des rassemblements à Noël et au Nouvel An, c’est entre autres parce que cette période est difficile, particulièrement pour ceux qui ont arrêté de consommer récemment. Beaucoup de gens ont perdu leur famille à cause de l’alcoolisme. Ils se retrouvent du jour au lendemain tout seuls. Ils ont besoin de gens autour d’eux pour les soutenir, pour leur dire que ça va passer, explique Robert.

Lui-même a trouvé ses premiers Noëls de sobriété les plus ardus de tous. Célébrer bien entouré a été souverain pour lui.

Beaucoup d’alcooliques vivent ça aussi. Ils ont vécu une séparation, leurs enfants ne veulent plus leur parler. Tu es tout seul chez vous, et tu te dis : "Je vais me donner une seconde chance". [...] On se rend compte qu’on peut s’en sortir et qu’on peut passer à autre chose.

Des rencontres nécessaires

Au début de la pandémie, les rencontres physiques ont été déplacées en ligne.

Selon Robert, certains ont mal vécu ce changement. C’est une routine, les réunions des Alcooliques Anonymes. Ça fait partie de ta vie. Beaucoup de gens y vont deux ou trois fois par semaine pour voir leurs amis, pour discuter de ce qu’ils vivent. Quand, du jour au lendemain, tu n’as plus ça, tu retournes à ce que tu connaissais et qui te faisait sentir un petit peu mieux, soit l’alcoolisme. Et ça peut être mortel, se désole-t-il.

Après quelques mois de pandémie, la santé publique du Québec a autorisé la reprise des rencontres en présentiel sous certaines conditions, car elle les considère comme un service essentiel. En Ontario, les réunions en personne ne sont toujours pas permises.

Robert anticipe que les get together plus élargis, organisés par des membres d’Ottawa et de Gatineau les 24, 25 et 31 décembre ainsi que le 1er janvier, attireront des participants de partout au Québec et en Ontario.

Même si la formule virtuelle n’est pas idéale, donner l’option aux gens qui le souhaitent de célébrer avec les Alcooliques Anonymes est primordial, croit Robert. Vous savez, aux Fêtes, il y a quand même un peu de mélancolie. Des fois, tu regrettes des choses que tu as faites. C’est sûr que la mélancolie, ça devient difficile sur le système. [...] Avec des amis autour de toi, tu peux au moins évacuer le noir et retrouver un certain sourire.

Publié dans AA Québec

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article