« L’alcoolisme, c’est le combat d’une vie »

Publié le par kreizker

in "Ouest France", 17 Janvier 2021

Saint-Lô. Témoignages : « L’alcoolisme, c’est le combat d’une vie »

Deux anciens alcooliques racontent leurs parcours de sevrage pour arrêter l’alcool.

Alors que le défi janvier ou mois sans alcool, est en cours, deux anciens alcooliques racontent leurs expériences de sevrage pour quitter l’alcool. Tous deux font partie des Alcooliques Anonymes de Saint-Lô qui se réunissent tous les mercredis soir.

 

Jean-Luc : « Pour arrêter l’alcool, au début, il faut tenir 24 heures. Chaque jour est un nouveau défi pour ne pas boire. Pendant le confinement, nous avons mis en place rapidement, avec l’antenne de Caen, des réunions via Internet. C’est important de garder un lien, c’est même nécessaire. Et puis cela a permis d’attirer de nouvelles personnes qui voulaient parler de leur difficulté. Mais, malheureusement, le confinement a fait replonger certaines personnes. D’où l’importance de venir et tenir tous ensemble. Dans notre charte, le principe est que chacun parle de son expérience, nous écoutons sans jugement. Pour moi, on en est jamais guéri de l’alcoolisme. C’est un combat de toute une vie : chaque jour pour ne pas replonger. C’est pour ça que c’est une leçon d’humilité, on ne peut jamais se dire débarrassé. »

 

Un tabou

Catherine : « Le plus difficile lorsqu’on est alcoolique est de passer la porte. Une fois qu’on est dans un groupe de parole, nous sommes déjà dans une démarche de parler et d’aborder le problème. Le fait de voir des personnes, de se dire : « Je suis avec des gens qui ont la même difficulté que moi », cela change tout. On parle le même langage, et cela permet de reprendre confiance en soi pour combattre l’addiction. Cela nous donne une certaine force pour rester abstinent. Il n’y a pas de jugement, et c’est anonyme. Tout le monde est au même niveau. Chaque parole compte autant que la mienne. L’alcoolisme, dans une famille ou dans un entourage, peut-être un sujet tabou. Car un malade alcoolique, pour les proches, c’est très compliqué. »

Publié dans AA france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article