"Les Alcooliques Anonymes d’Évreux se réunissent toujours, mais en visioconférence"

Publié le par kreizker

in "Paris-Normandie" (France), 1° Mars 2021

Société. Avec la crise sanitaire, les réunions physiques des Alcooliques Anonymes d’Évreux ne peuvent avoir lieu momentanément. Ces moments d’échanges et d’écoute se font tout de même en visioconférence.

Les réunions des Alcooliques Anonymes se font en visioconférence, parfois avec des personnes de toute la France.

Les réunions des Alcooliques Anonymes se font en visioconférence, parfois avec des personnes de toute la France.

En parler est une première étape dans le soin de l’alcoolisme. Avec le Covid-19, les réunions ébroïciennes des Alcooliques Anonymes qui se faisaient rue Joséphine ne peuvent plus l’être physiquement. Mais pas question de laisser les AA sans écoute. Pour cela, l’association a mis en place de nombreuses réunions en visioconférence.

Le groupe d’Évreux, une quinzaine de personnes, se réunit tous les jeudis à 19 h. « Notre porte est habituellement ouverte à tous donc c’est pareil pour la visioconférence », indique Marc*, participant du groupe ébroïcien et alcoolique anonyme. Abstinent depuis vingt ans, il a trouvé dans ces réunions « la solution de la dernière chance »« Le médecin m’a dit qu’il ne pouvait plus rien faire pour moi. Il m’a conseillé d’aller à une réunion des Alcooliques anonymes. Les premières fois, on ne se sent pas à sa place. Je me suis dit qu’on allait me raconter des salades. Je n’y croyais pas du tout. Mais lorsque je les ai rencontrés, souriants, je me suis dit que si ça marchait pour eux, pourquoi pas pour moi. »

 

 

 Des témoignages révélateurs

Exit les clichés des réunions d’AA, chacun est libre de parler ou non. « On commence toujours par lire la définition des Alcooliques Anonymes puis un modérateur, l’un des participants de la réunion, lance un sujet sur un thème. Mais on peut dire ce qu’on veut. On n’attend pas forcément de réponse directe. » L’anonymat est une règle d’or dans ces réunions. « On peut s’appeler comme on veut, même avec un surnom. Il n’y a aucun jugement », précise Marc.

 

Les témoignages d’alcooliques ont été révélateurs pour Marc. « Un jour, on a fait une fête pour les 47 ans d’abstinence d’une personne. Elle a témoigné de sa vie, c’est là que ça nous prouve que ça fonctionne. » Ce qui fonctionne aussi, c’est le programme en 12 étapes que préconise l’association. « Il n’y a rien d’obligatoire. Il faut savoir lâcher prise, vivre l’instant présent. La première étape est de reconnaître qu’on est impuissant devant l’alcool, qu’on a perdu la maîtrise de nos vies. C’est en parlant qu’on parvient à se sentir libéré, que l’on est plus responsable de son problème. »Mais ce combat contre l’alcoolisme n’est jamais fini. « Je suis alcoolique, je reste alcoolique, assure Marc. Un alcoolique ne sera jamais guéri. On doit redoubler d’efforts chaque année. Si je rebois un seul verre, je serai incapable de m’arrêter. »

Désormais, c’est au tour de Marc de tendre la main à ceux qui ont besoin d’aide, comme il l’a été il y a vingt ans. « Quand je vois quelqu’un alcoolisé, j’ai envie de lui crier qu’il existe quelque chose pour l’aider. » Au bout du fil, c’est un « malade » qui répond. « On sait ce que c’est. On connaît la situation que peut vivre la personne puisqu’on est aussi passé par là. »

 

Le lien entre (anciens) alcooliques est très fort. Lors des réunions physiques, des amitiés fortes se sont créées. Des relations parfois essentielles dans ce combat de tous les jours. « On se retrouvait pour un petit café après la réunion pour discuter, c’était important. Maintenant, on essaye de s’appeler pour prendre des nouvelles. Si on voit que quelqu’un ne vient plus aux réunions, on s’inquiète très vite. » Pour Marc, même après 20 ans d’abstinence, participer à ces réunions est très important. « On peut louper des réunions pour des vacances par exemple, mais au-delà de trois semaines d’absence, c’est dur », trouve-t-il.

Il va aussi dans les hôpitaux pour témoigner auprès des malades en post-cure. Un témoignage qui peut « sauver la peau ».

*Le prénom a été changé pour garantir l’anonymat.

Tél. : 09 69 39 40 20, appel non surtaxé 24 h/24

Site internet : www.alcooliques-anonymes.fr

Mail : aafraternité27@gmail.com

Publié dans AA france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article