Vivre sans alcool

Publié le par kreizker

26 - SE MEFIER DES OCCASIONS DE BOIRE


Nous avons déjà examiné plusieurs façons d'aborder avantageusement sans boire nous-mêmes - les situations dans lesquelles les autres consomment généralement de l'alcool.

Au chapitre huit, nous évoquions l'opportunité de conserver chez soi, quand on veut cesser de boire, de l'alcool ou des boissons alcoolisées. Nous reconnaissons que nous vivons  dans une société où la plupart des gens boivent ; or, il serait utopique de s'attendre à ce que cette situation se modifie un jour ou l'autre. Par conséquent, des occasions de boire, nous ne manquerons pas d'en rencontrer tout le reste de notre vie. Selon toute probabilité, nous verrons chaque jour des gens qui boivent, des lieux où l'on boit, et nous subirons par dizaines les actions publicitaires nous incitant à boire.

Nous ne pourrons échapper à ces suggestions, et il serait vain de le déplorer. D'ailleurs, nous n'éprouvons ni le besoin ni le désir de priver les autres de boire. Nous avons même découvert que nous ne devions pas renoncer au plaisir de coudoyer les gens qui boivent. Bien qu'il soit normal, dans les premiers moments de la sobriété, de passer plus de temps avec des non-buveurs qu'avec des buveurs, nous n'avons pas l'intention de nous retrancher à tout jamais du monde sous prétexte que tant de gens y boivent! Ceux qui ne peuvent pas consommer de poisson, de noix, de porc ou de fraises ne croupissent pas dans des caves. Pourquoi le ferions-nous?
...

Publié dans pensées - citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article