Alcooliques anonymes : une matinée émouvante

Publié le par kreizker

in "La Nouvelle Républiqué", 19 novembre 2012

 

Le congrès national des Alcooliques anonymes s’est tenu à Joué-lès-Tours. Témoignages poignants, communions et encouragements au rendez-vous.

Après une journée et demi de congrès, les 700 participants aux rencontres nationales des Alcooliques anonymes sont repartis enchantés. Il faut dire que le week-end a été dense et très émouvant pour les AA venus de toutes les régions de France.
Le comité d'organisation de la région Centre a bien fait son travail en accueillant les participants à l'espace Malraux, à Joué-lès-Tours. Des ateliers ouverts à tous ont été proposés aux Amis AA mais aussi aux autres (lire NR Dimanche du 18 novembre  http://0z.fr/jLTw9 ). Ceux qui se sentent touchés par la maladie ou des proches d'alcooliques ont ainsi pu prendre des contacts et se familiariser avec les concepts des AA.

 

FRANCE 2012

Le congrès des Alcooliques anonymes a réuni plus de 700 personnes à l'espace Malraux

 

L'écoute, le dialogue y sont très présents. « Mais, il y a aussi l'action qui est très importante dans le processus de reconstruction, a expliqué Éveline. Si la personne malade n'est pas prête à s'en sortir, à faire des choses pour elle et pour les autres, elle n'y parviendra pas. »
Dimanche matin, dernier grand moment avant la fin du congrès : une réunion plénière, au nom prometteur « Plus jamais seul », a réuni tous les Amis AA. C'est le temps des témoignages et des remerciements. Jusqu'à celui d'un jeune homme qui demande à prendre la parole : « Bonjour, les Amis. Je m'appelle Antoine et je suis alcoolique. Je suis très heureux d'entamer mon deuxième jour d'abstinence avec vous, les Amis. » Applaudissement et ovation dans la salle.
La hola arrive ensuite : on demande aux personnes abstinentes depuis 24 heures ou moins de se lever. Antoine se lève. Applaudissements à nouveau. Puis doivent se lever les personnes qui ont entre 24 heures et 10 jours d'abstinence. Quelques personnes se dressent. Toujours les applaudissements. Le compteur s'égrène jusqu'aux 45 ans d'abstinence. Les bravos fusent ; les larmes coulent.
La force des AA est dans la communion. L'envie de s'en sortir et de ne jamais laisser un Ami sur le bord de la route.

Publié dans medias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article