"Alcoolisme : Nancy raconte son calvaire"

Publié le par kreizker

in "L'Echo Républicain", 21 décembre 2012
-
Elle préfère qu’on l’appelle Nancy, son deuxième prénom. Elle est porte-parole de l’association Al Anon, qui fête ses 50 ans.

« Al Anon a été créée deux ans après les Alcooliques anonymes,confie Nancy. La première, ce sont deux Américains qui en ont eu l’idée. Ils s’étaient retrouvés pour parler, et ont constaté que pendant ce temps-là, ils ne buvaient pas et que cet échange leur était profitable ».

« Pas de violence, des mots violents »

Mais « autour d’un alcoolique, il y a en moyenne cinq personnes qui souffrent ». Et ce sont ces personnes-là qu’Al Anon accueille, dans ses groupes de Chartres, le samedi, et Dreux, le vendredi. Pour parler, pour « les écouter surtout ». A Chartres, ils sont « une dizaine mais personne n’est obligé de s’inscrire, ni même de revenir. Ce ne sont pas forcément les mêmes personnes d’une semaine à l’autre. »

Nancy précise que si elle parle cette année au nom du groupe, il n’y a pas de président et que « personne n’est chef. » Elle est cependant une des cadres nationales du mouvement.

 

alanon 174

Un drame personnel

Mais il faut dire que cette histoire d’alcool qui détruit une famille, c’est aussi la sienne. « Il n’y a pas eu de violence, seulement des mots violents ». Et son couple s’est défait. « Je n’ai pas su parler, je provoquais. Ensuite, quand je suis entré en Al Anon, j’ai appris quelle était la meilleure attitude face à un proche alcoolique ».

On entre « en » Al Anon parce qu’héritier des mouvements américains, le mouvement a gardé un style prédicateur dans les livres qu’il propose, sur la forme comme sur le fond (on y évoque la « Puissance Supérieure ». Cela ne gêne pas Nancy : « On nous a dit d’y prendre ce qui nous était utile et d’abandonner le reste. »

 

Al Anon Dreux : 02.37.62.19.73 ou 02.37.36.77.39; Chartres : 02.37.99.63.55 ou 02.37.28.69.06.


alanon 175 50 ans france 

A propos des 50 ans de Al-Anon France : link

Publié dans ALANON ALATEEN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article