FRANCE, bourgogne, auxerre

Publié le par kreizker

mercredi 10 mars 2010,  in 'l'Yonne Républicaine"

« J'ai commencé à boire à 13 ans »

Des vies hachées menu par l'alcool. Qui se recousent au fil des réunions organisées par les Alcooliques anonymes. Ils témoignent.


«Bonsoir les amis. Edwige, malade alcoolique. » Annexe de l'église Sainte-Thérèse (Rosoirs), lundi soir. Edwige est la dernière à prendre la parole au sein du groupe de sept personnes réuni sous l'égide des Alcooliques anonymes (AA). Thème de la soirée, défini par Patrice, le modérateur : « Confier sa vie. » Un thème qui correspond à la page du 8 mars de Réflexions quotidiennes, l'ouvrage de référence des AA.


« Quand j'étais alcoolique, je vivais dans la solitude et la peur. Je n'allais pas bien. J'avais un pied dans la tombe », raconte Edwige. « Je suis allée en cure. j'avais peur de la sortie. Quand je suis sortie, je suis allée aux AA. Sans vous, je ne m'en serais pas sortie. Dès que je franchis la porte des AA, j'ai comme une bouffée de bonheur. »

« Aujourd'hui, je vois grandir mes petits-enfants »


Tour à tour, chacun des participants livre son témoignage. Les autres écoutent, sans jamais interrompre.


Jean-Michel, 59 ans, s'estime « miraculé  car [il a] gardé [sa] femme et [ses] enfants ». Des enfants qu'il n'a pas « vu grandir ». « C'est l'alcool qui me menait ». « Aujourd'hui, je vois grandir mes petits-enfants. Pouvoir les prendre dans mes bras, c'est merveilleux. »


« Je suis parti de la maison, j'avais 12 ans et demi. J'ai commencé à boire à 13 ans. J'ai bu jusqu'à 52 ans », raconte pour sa part Maurice. « J'ai arrêté de boire il y a sept ans. Je n'ai pas rebu parce que je suis venu aux réunions. J'avais besoin qu'on m'écoute. »


FRANCE 87 auxerre

« Jamais jugé »
Patrice, lui aussi, a saisi cette bouée : « Les amis ne m'ont jamais jugé, même si parfois je n'étais pas clean pendant les premières réunions. J'ai pu me confier. J'ai pleuré, ça m'a fait du bien. Il n'y a jamais eu un sourire, un air moqueur. » 


« Il n'y a qu'à un ancien alcoolique qu'on peut confier sa vie. En société, c'est très difficile d'en parler », relève Serge. Pour lui, le combat contre l'alcool est quotidien : « Quand je buvais, j'avais l'impression d'être plus fort. En fait, j'avais perdu le contrôle de ma vie. L'alcool me fait peur. Dire que je ne reprendrais pas un verre, je n'en sais rien. Je fais 24 heures par 24 heures avec la boîte à outils confiée par les AA. »


Sophie (*), elle, assure que « l'alcool est complètement sorti de [sa] tête. » « Je continue à venir aux réunions car elles sont indispensables à mon bien-être », souligne-t-elle. « Les réunions, c'est primordial », explique Jean-Michel. « Il y a des choses dont je ne peux pas parler avec ma femme, avec mes enfants. Ici, on partage nos peines. »  
(*) Il s'agit d'un prénom d'emprunt.


En pratique. : L'association Alcooliques anonymes est reconnue d'utilité publique. Tél. : 03.86.52.94.73.




GROUPE AUXERRE-CENTRE
Lundi 20h30
Avenue du 4ème R.I., sous-sol de l'église des Rosoirs
AUXERRE


Courrier : BP 41
89010 AUXERRE CEDEX

Tel : 03 86 52 94 73


GROUPE D'AUXERRE
Vendredi 20h30
31, rue St Pélerin
AUXERRE


Courrier : B.P. 41
89011 AUXERRE Cedex

Tel : 03 86 52 94 73






Publié dans medias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article