HONGRIE : Gyula, sobre depuis 20 ans

Publié le par kreizker

in YOUPHIL.COM, 22 avril 2014

 

« Je m’appelle Gyula, j’ai cinquante-cinq ans et je suis né dans la région de Pecs en Hongrie. J’ai vécu dans une famille très pauvre avec un père qui buvait. J’ai suivi son exemple et ai commencé à boire. Je n’ai pas été capable de valider un bac spécialisé donc j’ai commencé à vivre de petits boulots mais mon alcoolisme m’a empêché de trouver un emploi stable. J’ai compris à cette époque-là qu’il fallait absolument que j’arrête de boire – cela fait maintenant vingt ans que je n’ai pas touché à une goutte d’alcool. Mon sevrage ne m’a pas empêché de me retrouver à la rue. Cette expérience de la rue était affreuse, j’étais dans une angoisse permanente. Dès que je fermais l’œil, j’avais peur qu’on me vole le peu de biens que je détenais ou qu’on me tue. Le regard des autres est terrible, je me souviens que dès que je prenais le métro, les gens s’éloignaient le plus loin possible. Je devais les déranger avec mon odeur. C’était vraiment une période difficile mais ma plus grande fierté est d’avoir réussi à ne pas retoucher à l’alcool, c’est certainement ce qui m’a sauvé.

 

gyula

 

J’ai ensuite repris confiance, une association m’a permis de trouver un logement abordable et je suis régulièrement allé aux Alcooliques Anonymes pour partager mon expérience avec les personnes victimes d’addictions et les aider à arrêter. En même temps, je travaillais pour un journal entièrement rédigé et distribué par des sans-abris. J’écrivais souvent dedans et je le vendais. Son fonctionnement est simple et original : un sans-abri peut acheter le journal à 35 HUF (0.11€) et le revendre au prix auquel le client est prêt à l’acheter. En travaillant dans la rue pendant 8 à 10 heures, un sans-abri peut gagner assez d’argent pour se reloger et se nourrir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article