La sécurité en AA

Publié le par kreizker

Extrait du Rapport final du Forum territorial de l'Est du Canada 

15-17 août 2014, à Laval - 726 participants

 

« Sécuriser nos salles de réunion » (Animatrice : Sandy S. / Secrétaire : Janet C.) 

L’animatrice de l’atelier a partagé ses réflexions personnelles et son expérience concernant la  sécurité dans les salles des Alcooliques anonymes, et a parlé de différents moyens de sécurité, tant personnels, physiques, émotionnels et financiers. Bien que nous venions chez les AA parce que nous ne sommes pas bien, nous avançons tous à un rythme différent. Parfois, également, il y a des personnes qui viennent dans les salles des AA avec une autre idée en tête – n’ayant pas l’intention de se rétablir. Comme membres qui cherchent à vivre sans alcool, l’animatrice a dit qu’il était de notre devoir d’être vigilants et conscients, et si nous voyons des comportements agressifs ou sexuels – que ce soit envers un nouveau ou non – notre devoir est de nous en occuper. Si nous ne faisons pas des salles des AA un lieu sûr pour partager notre expérience, notre force et notre espoir, alors qui le fera ? Cela ne signifie pas de faire de la confrontation – avoir une conversation privée ou avec quelqu’un d’autre pour dire ce que sont les AA et ce qu’ils ne sont pas. 

 

Les membres de l’atelier ont ensuite parlé de leur propre expérience de la « Treizième étape » et des potins. Brièvement, les participants ont rapporté que nous devons être vigilants si nous entrons dans une salle de réunion en n’étant pas bien, et le contact personnel (c’est-à-dire les accolades) pourrait être inapproprié ; n’outrepassez pas les limites des personnes, où la convivialité pourrait être mal interprétée. Les idées sur la façon de traiter ceux qui font de la 13e étape varient selon la conversation ; se servir des Traditions et leur demander de quitter, ou ignorer le comportement. Il a été souligné qu’il est important d’avoir une discussion privée (ou deux personnes face à une autre), et aussi une discussion de tout le groupe dans les réunions d’affaires. Le système de « copains » fonctionne bien, ainsi que le parrainage de personnes du même sexe, et jumeler des nouveaux avec d’autres qui ont une plus longue durée d’abstinence. 

Un district a assemblé une pochette qui comprend une note (du BSG du R.-U. en Australie) sur les comportements prédateurs. En plus de la 13e étape, le groupe a aussi souligné que les potins étaient fatals et pouvaient faire en sorte que les nouveaux ne se sentent pas en sécurité pour partager dans les réunions. Les discussions fermées ne devraient pas faire l’objet de « discussion » après la réunion. Surtout, les membres de l’atelier ont partagé plus de solutions que de problèmes. Le bon parrainage, travailler avec les Étapes et les Traditions, et tenir des inventaires réguliers aident à nous guider vers ces questions et à tenir nos salles de réunion sécuritaires. 

 


 

« Sécuriser nos salles de réunion » (Animateur : Michael C. / Secrétaire : Sylvie P.) 

L’animateur a axé la discussion sur la sécurité physique, spirituelle et financière de nos salles, et sur les bris d’anonymat. De nombreux participants ont partagé différentes expériences dans leurs groupes et même quand ils visitaient des prisons. Le partage portait sur des sujets comme la bousculade, les batailles, les agressions physiques, et souvent la fameuse « 13e» étape par des vieux membres qui veulent prendre soin des nouveaux. Certains ont partagé sur les fraudes financières envers les femmes qui venaient de perdre leur mari, ainsi que sur les bris d’anonymat qui ont causé des pertes d’emploi et de sérieux problèmes de famille. Certains membres ont mentionné que des personnes souffrant de maladie mentale et des personnes ivres créaient parfois une menace aux membres. De nombreuses solutions ont été proposées. Les membres de l’atelier ont parlé de l’écoute des autres ; d’accueillir tout le monde avec amour, et d’accompagner le membre qui a été offensé à l’extérieur et de l’inciter à parler. Plusieurs ont parlé de notre Première Tradition et de notre bien-être commun, et d’autres encore ont arrêté la réunion du groupe pendant quelques minutes et l’ont même annulée pour la sécurité de tous. 

Les membres se sont rappelés de toujours garder à l’esprit que les AA ne sont pas punitifs, mais que nous devons obéir aux mêmes lois que dans la société, et donc, faire appel aux policiers si nécessaire. Finalement, afin de protéger le nouveau, nous pouvons l’escorter, lui ou elle, à sa voiture. Les membres de l’atelier ont convenu que nous ne pouvons pas ériger de barrière autour des réunions, mais nous pouvons créer une ouverture d’esprit par nos discussions dans nos groupes et dans nos inventaires de groupe. Nos pouvons intégrer des politiques grâce à une conscience de groupe bien éclairée et aux mesures prises par des membres responsables. 

 


 

Si intéressé(e) par le rapport complet de ce Forum (19 pages), laisser votre adresse mail dans "Ecrire un commentaire"

Publié dans AA Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article