le TELEGRAMME, Guingamp

Publié le par kreizker

 À 56 ans, elle se replonge douloureusement dans son passé. Avec les Alcooliques Anonymes, elle a réussi à poser son verre. Aujourd'hui, elle ne boit plus. Marie-Pierre témoigne.

Le 10 avril, l'équipe de l'association des Alcooliques Anonymes va écouter ceux qui ont besoin de parler. Il ne sera même pas la peine de pousser la porte de leur local à Ploumagoar. Cette association va organiser une journée téléphone. De 9h à 18h, il y aura toujours quelqu'un au bout du fil. L'association se réunit chaque vendredi, à 20h30. Elle aide les alcooliques à s'en sortir: «On est là pour s'entraider. C'est le rétablissement par l'unité. On se téléphone. Ça aide énormément. On donne du courage aux nouveaux», explique un ancien alcoolique qui pratique les AA depuis quinze ans. À chaque réunion, cette association accueille entre 15 et 22 personnes. «Ça tourne. Aujourd'hui, nous n'avons pas plus de monde. C'est régulier. Le problème de l'alcool touche tous les âges, tous les métiers et toutes les conditions sociales».

Pratique Le local des Alcooliques Anonymes est situé au 72, rue Yves-Mazé, à Kerprat, à Ploumagoar. Renseignements et journée téléphone au 06.32.02.49.02.

Le 10avril, les Alcooliques Anonymes vont assurer une permanence téléphonique.



Alcooliques anonymes. Journée téléphone le 10 avril

«Je m'appelle Marie-Pierre (*). J'ai 56 ans. Je suis alcoolique. Il y a six ans, j'ai rencontré le mouvement des Alcooliques Anonymes (AA). Depuis un an, j'ai posé mon verre. J'ai arrêté de boire. Ce n'est pas facile. J'ai arrêté de boire grâce au soutien moral de mes amis alcooliques du groupe de Guingamp. Je me souviens de mon arrivé chez les AA. Un ami m'a dit : si tu veux continuer à venir près de nous, tu ne seras plus jamais seule. J'ai pu vérifier que c'était vrai. Je n'ai plus jamais été seule. J'ai rechuté à plusieurs reprises. À chaque fois, c'était de plus en plus pénible moralement et physiquement. J'étais complètement détruite quand je suis arrivée chez les AA. Mon organisme se dégradait au niveau mental».
ARTICLE COMPLET

  

Publié dans AA Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article