RAPPEL QUOTIDIEN - 19

Publié le par kreizker

Un groupe de nouveaux membres sincères discutant de la valeur de la méthode A.A. a conclu que sans abandon de sa vie un alcoolique est impuissant à se rétablir de sa maladie. Un dissident condamna cependant catégoriquement l'abandon comme une attitude mentale négative, la qualifiant d'"acte de lâcheté d'un défaitiste".

INVENTAIRE QUOTIDIEN

Qui avait raison ?
Sommes-nous défaitistes ?
L'abandon est-il si essentiel à notre rétablissement ?
De quoi exactement démissionnons-nous ?
Comment pouvons-nous y arriver ?

MEDITATION SUGGEREE
Nous qualifions d'imprudente la conduite d'un diabétique qui, refusant l'insuline, se gave de sucre. Le mot insensé décrit la conduite d'un alcoolique qui refuse d'admettre sa maladie et qui continue à boire. Nous ne pouvons ignorer les os fracturés. Nous les faisons replacer.  L'alcoolisme est pour nous comme un os fracturé. Demander à Dieu de réparer cette "fracture alcoolique" est une marque d'intelligence. Il s'agit pour sûr d'abandonner sa vie, mais seulement à une Puissance positive.

CONTACT SPIRITUEL

Notre Père, préserve-nous de la sottise intellectuelle.
Elève-nous au-dessus des querelles pointilleuses de mots.
Fais-nous percevoir la logique qu'il y a à T'abandonner notre alcoolisme.

EXAMEN PHYSIQUE QUOTIDIEN

Nous ne choisissons pas le corps avec lequel nous commençons à vivre, mais nous sommes responsables des soins quotidiens dont il a besoin. Certains membres A.A. semblent ne pas comprendre que Dieu ne nous accorde aucune aide physique quand nous refusons de nous aider nous-mêmes. Ils prient en vain au lieu de consulter un chirurgien pour l'extraction d'un appendice, d'amygdales ou d'une dent infectés. Nous devrions présenter sans tarder nos problèmes de santé à des médecins qualifiés dont Dieu nous a si abondamment pourvus.
"tabourets et bouteilles", pages 132, 133

Publié dans rappel quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article