Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RESULTATS / "SERVICE DANS LES STRUCTURES AA"

Publié le par kreizker

  P1060691

Publié dans stats

Partager cet article
Repost0

AA en prison, côté prisonnier

Publié le par kreizker

in "Le Périf",  (comité régional Ile-de-France AA), n° 18 - avril 2006

 

FRANCE 14

 

TEMOIGNAGE D’UN MEMBRE A.A. EN MILIEU CARCERAL

 

De l’autre côté …


Un matin, il y a près de huit ans, je me suis réveillé en prison. Comme j’y étais déjà allé, je ne me suis pas trop inquiété. Mais ce fut un choc d’apprendre que j’y étais depuis trois jours et non pas de puis la veille comme je le croyais. J’entrepris aussitôt des démarches pour être libéré.

Second choc : au lieu d’être libéré, j’ai appris que je devais être traduit devant le tribunal sous une accusation de vol à main armée. Cette aventure s’est terminée avec une condamnation à 19 ans de prison.

Je suis entré en prison avec toutes les émotions négatives que vous pouvez vous imaginer et, principalement, du ressentiment contre le monde entier et du mépris pour tout le personnel du pénitencier. Pendant une année entière, j’ai été rebelle, déprimé et résolu à entretenir ma colère.

Puis, un jour, j’ai noté la présence de gens du dehors qui venaient régulièrement à la prison et semblaient tenir des réunions quelconques. J’ai appris pas la suite, que c’était des membres des A.A. – des alcooliques qui avaient cessé de boire. Personnellement, je croyais que c’était d’étranges spécimens, puis je me suis aperçu qu’à l’occasion, une femme était du groupe. Je me suis alors mis à assister aux réunions dans le seul but d’aller admirer « le beau sexe ».

 

Entre temps, ma femme avait fait la découverte des A.A. Elle avait elle-même arrêté de voire et elle m’écrivait pour me dire sa satisfaction de voir que j’étais également sur la bonne voie. Pour l’épater, je mémorisais des passages des livres A.A. et je les citais dans mes lettres.

Malheureusement, elle s’est rapidement aperçue de cette astuce ; elle m’a demandé de cesser de me leurrer et de devenir honnête envers moi-même et les A.A. Ma première réaction a été de m’emporter.

 

Après m’être clamé un peu, j’ai décidé de me pencher sérieusement sur les passages que j’avais mémorisés. Il m’a fallu peu de temps pour admettre que j’avais été vaniteux, égoïste et égocentrique durant presque toutes ma vie. J’ai aussi dû reconnaître que j’étais alcoolique et que j’avais besoin d’aide.

A partir de là, j’ai fait de réels progrès chez les A.A. Les 4 années suivantes ont été heures, même si j’étais en prison. Mon casier judiciaire était redevenu vierge, aucune mesure disciplinaire grâce aux A.A.

 

 -a_vaut_mieux_couv001.jpg

 

Je me suis fait plus d’amis honnêtes et sincères chez les A.A. que jamais auparavant. Ma femme a continué de m’appuyer et, après six ans, on m’accorda une libération conditionnelle.

Après ma libération, mon premier contact avec l’extérieur a été avec un groupe des A.A. de ma ville natale. J’y ai été accepté pour ce que je suis : un être humain. Les membres du groupe savaient que je sortais tout juste de prison mais ils m’ont traité comme un égal. Après très peu de temps, j’ai été secrétaire du groupe. Ma femme et moi étions devenus deux des plus heureux A.A. du monde.
 

 

Sans la présence des A.A. à la prison et sans l’appui sincère et honnête accordé à notre groupe de détenus pas des groupes de l’extérieur, je serais encore derrière les barreaux. La société ne prend que rarement garde aux conséquences que la condamnation d’une personne à la prison peut comporter. Je remercie Dieu pour les personnes qui ont cru que nous valions la peine d’être sauvés. Je remercie Dieu pour les A.A.
 

Charles M.

Publié dans AA en prison

Partager cet article
Repost0

AA en prison, côté visiteur

Publié le par kreizker

in "Le Périf",  (comité régional Ile-de-France AA), n° 18 - avril 2006

 

FRANCE 14a

 

TEMOIGNAGE D’UN SERVITEUR A.A. EN MILIEU CARCERAL

 

Du côté Visiteur…


Je suis intervenant dans le milieu carcéral depuis plus de 4 ans maintenant ; il m’a fallu pratiquement un an de formalités administratives pour avoir accès à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy.
Après avoir passé une barrière et un premier contrôle, je dois garer ma voiture et me présenter à un deuxième contrôle. Là, je vide mes poches et dépose mon portable, illicite dans la maison d’arrêt. Je ne garde que mes clefs de voiture, mes lunettes et ma littérature A.A.
Un troisième poste ; je laisse ma carte d’identité contre un badge qui me permet de circuler dans l’enceinte de la prison. Je passe sous un portique qui détecte d’éventuels objets métalliques. Je suis « bon » pour aller animer la réunion.

 

Quand je sors de cet endroit, la triste réalité du monde carcéral s’offre à moi : allée bitumée, bloc de béton gris et bleu délavé, miradors et hauts murs surmontés de barbelés. Pour accentuer le lugubre du décor : corneilles et mouettes sont au rendez-vous !
Une autre porte, je demande au surveillant la clef du placard du service social ; à ‘intérieur, se trouve notre cahier de liaison avec le service social ainsi qu’une cafetière (un luxe en prison).

Je descends un escalier, une lourde porte, un couloir, nouveau contrôle. Tout va bien ! Un autre couloir, interminable celui-là. D’autres portes, toujours aussi lourdes, des serrures électriques qui claquent avant et après mon passage. J’arrive au sous-sol du noyau central. Un escalier métallique m’amène enfin à destination. Je me présente au gardien et attends « l’écureuil » (gardien avec les trousseaux de clés) pour qu’il m’ouvre la salle.
 

 

En attendant l’arrivée des détenus, je prépare un café. Je sais maintenant que je vais passer deux ou trois heures dans cette pièce isolée de tout et au bon vouloir des surveillants qui, bien souvent, nous gardent plus longtemps qu’une réunion, appelés à d’autres taches. Les amis arrivent ; c’est pour moi, un moment privilégié. Aujourd’hui, nous aurons deux heures d’intense partage.
 

 

De retour à mon véhicule, je remercie le ciel d’être vivant et libre pour aujourd’hui.
La différence entre les amis détenus et moi : très certainement la chance.
Je remercie de tout mon coeur les amis qui m’ont parrainé pour ce service.
Merci à eux car cette mission m’apporte énormément chaque jour.
 

 

Bonnes 24 heures !
Philippe (Richebourg)

 

67

Publié dans AA en prison

Partager cet article
Repost0

USA, washington D.C. metropolis club

Publié le par kreizker

USA washington dc

 

938 Rhode Island Avenue NE - Washington DC 20018

 

Les réunions  link

 


Agrandir le plan

Publié dans AA Monde

Partager cet article
Repost0