Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BRESIL, alagoas, maceio

Publié le par kreizker

BRESIL 51 2010

Publié dans AA Monde

Partager cet article
Repost0

Is It Possible to Stop Addiction ?

Publié le par kreizker

In Part One of this program the guests discussed the costs and causes of addiction. One point stood out: that addiction is a chronic brain disease.  As such, one time treatment is not going to stop addiction.  Dr. Kevin Gilliland makes a key statement, that 80% of those who leave treatment relapse in 2-3 months. Initial treatment is only the start – then it gets tough.

 

Panelists include:

  • Christopher Kennedy Lawford – Actor, Author and  Public Advocacy Consultant for Caron Treatment Centers; New York Times bestselling author of Symptoms of Withdrawal: A Memoir of Snapshots and Redemption and Moments of Clarity: Voices from the Front Lines of Addiction and Recovery
  • Kevin Gilliland, Psy.D- Clinical Psychologist and CEO of Innovation 360
  • Bill Teuteburg – Interventionist associated with The Caron Foundation and a long term residential program known as Renaissance.

 

Chris emphasizes that, “AA is the biggest social invention since Christ. It has helped more people than any other program combined.”

 

 

LIEN vers le site

 


Sur Patrick Kennedy : 

http://www.kreizker.net/article-patrick-kennedy-et-aa-55116297.html

 



Publié dans CELEBRITES

Partager cet article
Repost0

FRANCE, picardie, laon

Publié le par kreizker

in "L'Union L'Ardennais",   23 novembre 2010

 

Les Alcooliques anonymes célèbrent leurs 50 ans cette année. L'antenne de Laon compte une dizaine de membres. De quelle façon leur vient-elle en aide ?

 

«POUR beaucoup c'est un SDF, un sale ivrogne. Ils ne comprennent pas que c'est une maladie. » Les idées reçues sur les personnes dépendantes à l'alcool, Maurice les connaît par cœur. Tout comme Alain, un frère de galère, qui concède d'ailleurs : « C'est l'image que j'en avais, avant de tomber dedans. »
L'un comme l'autre, la petite cinquantaine, ne boivent plus une goutte d'alcool. D'abord parce qu'ils ont pris la ferme résolution d'arrêter. Mais aussi parce qu'ils ont trouvé du soutien auprès de l'association des Alcooliques Anonymes (AA). « C'est comme une famille. On sait que l'on n'est plus seul. »

Bien plus fort à plusieurs

Pourtant, oser pousser leur porte n'a pas été chose simple. « Franchir le seuil c'était s'avouer vaincu. L'orgueil en prend un coup », racont Alain.
C'est pourquoi il tente d'abord de s'en sortir seul. « Je pensais que j'y serai arrivé. J'ai tenu deux mois avant de rechuter. En réalité c'était un peu plus compliqué que d'arrêter simplement de boire. J'avais des émotions à gérer. »
C'est alors qu'un ami lui parle des Alcooliques Anonymes. Alain ira les voir une première fois, en sa compagnie.
« Les gens m'ont accueilli avec le sourire. Je m'y suis tout de suite senti bien » se rappelle-t-il avec, comme un sourire de reconnaissance sur les lèvres. Il finit par participer à toutes les réunions hebdomadaires de l'association.
Et de constater avec le recul : « On est beaucoup plus fort à plusieurs que tout seul. » Aujourd'hui, Alain ne boit plus d'alcool depuis neuf ans.

Recommencer à vivre

Maurice, lui, en est à sa quatrième année et prend part aux réunions depuis autant de temps.
« Ça a été ma bouée de sauvetage, raconte-t-il. Après vingt-six jours de cure et deux mois d'abstinence je n'étais pas loin de recommencer. » Le témoignage des autres l'encourage. Il se sent écouté, compris, et surtout pas jugé. Il y trouve aussi les armes dont il a besoin pour lutter contre l'alcoolisme.
« Les AA nous donnent la boîte à outils pour nous en sortir et proposent un programme de rétablissement composé de douze étapes. Il y a aussi la littérature AA et des livres à notre disposition. Comment éviter le premier verre, les situations dangereuses, ou comment se comporter en réception ? Voilà le genre de questions auxquelles l'association répond, et la façon dont elle dispense des conseils. »
Pour Maurice, comme pour Alain, la méthode s'avère efficace. Certes, le combat n'est guère terminé : « Nous ne pouvons plus boire une goutte d'alcool sous peine de plonger à nouveau. »
Tous deux ressentent également l'impérieux besoin de participer aux réunions au point de n'en manquer, pour ainsi dire, aucune. Mais, ils ont trouvé auprès des AA une seconde famille, et retrouvé une seconde vie.
Lélia BALAIRE

 

Alcooliques Anonymes de Laon : réunions hebdomadaires le vendredi soir à 20 h 15 à la salle paroissiale, 70, rue Robert-Cadeau, 02000 Laon (La Neuville sous Laon)

 

Publié dans medias

Partager cet article
Repost0

BELGIQUE, vers l'avenir, 27 / 11 / 1974

Publié le par kreizker

Partager cet article
Repost0