Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

24 heures à la fois

Publié le par kreizker

Pensée du jour des AA

Nous avons reçu une nouvelle vie simplement parce qu'il nous est arrivé de devenir alcooliques. Nous ne méritons certes pas la nouvelle vie qui nous a été donnée. Notre passé ne justifie en rien la vie que nous avons maintenant. Bien des gens vivent de bonnes vies depuis leur jeunesse, sans avoir de problème grave, bien adaptés à l'existence, et pourtant ils n'ont pas trouvé tout ce que nous, les alcooliques, avons trouvé. Nous avons eu la chance de découvrir les Alcooliques anonymes et, avec eux, une vie nouvelle. Nous comptons parmi les quelques privilégiés du monde qui ont appris un nouveau mode de vie.

Est-ce que je suis profondément reconnaissant de la nouvelle vie que j'ai apprise chez les AA ?


Méditation du jour

Nous sommes envahis par une profonde gratitude à l'égard de la Puissance supérieure pour toutes les bénédictions que nous avons et que nous ne méritons pas. Nous remercions Dieu et nous sommes sincères. Puis vient le service aux autres, par gratitude pour ce que nous avons reçu, ce qui entraîne un certain sacrifice de nous-mêmes et de nos propres affaires. Mais nous sommes heureux de le faire. La gratitude, le service, puis le sacrifice sont des étapes qui mènent à un bon travail chez les AA. Ils nous ouvrent la porte d'une vie nouvelle.


Prière du jour

Je prie pour servir autrui avec plaisir, par gratitude pour ce que j'ai reçu. Je prie pour conserver un sens profond de l'obligation.

Publié dans pensées - citations

Partager cet article
Repost0

numéro 355

Publié le par kreizker

"Deux découvertes ont contribué
à ma croissance spirituelle :
(1) Il y a un Dieu.
(2) Ce n'est pas moi."


Publié dans humour

Partager cet article
Repost0

IVROGNERIE

Publié le par kreizker

S. f. (Morale) appétit déréglé de boissons enivrantes. Je conviens que cette sorte d'intempérance n'est ni onéreuse, ni de difficile apprêt. Les buveurs de profession n'ont pas le palais délicat : " leur fin, dit Montagne, c'est l'avaler plus que le goûter ; leur volonté est plantureuse & en main ". Je conviens encore que ce vice est moins couteux à la conscience que beaucoup d'autres ; mais c'est un vice stupide, grossier, brutal, qui trouble les facultés de l'ame, attaque & renverse le corps. Il n'importe que ce soit dans du vin de Tockai ou du vin de Brie, que l'on noie sa raison ; cette différence du grand seigneur au savetier ne rend pas le vice moins honteux. Aussi Platon, pour en couper les racines de bonne heure, privoit les enfans, de quelque ordre & condition qu'ils fussent de boire du vin avant la puberté, & il ne le permettoit à l'âge viril que dans les fêtes & les festins ; il le défend aux magistrats avant leurs travaux aux affaires publiques, & à tous les gens mariés, la nuit qu'ils destinent à faire des enfans.

Il est vrai néanmoins que l'antiquité n'a pas généralement décrié ce vice, & qu'elle en parle même quelquefois trop mollement. La coutume de franchir les nuits à boire, régnoit chez les Grecs, les Germains & les Gaulois ; ce n'est que depuis environ quarante ans que notre Noblesse en a raccourci singulierement l'usage. Seroit-ce que nous nous sommes amendés ? ou ne seroit-ce point que nous sommes devenus plus foibles, plus répandus dans la société des femmes, plus délicats, plus voluptueux ?

Nous lisons dans l'Histoire romaine, que d'un côté L. Pison qui conquit la Thrace, & qui exerçoit la police de Rome avec tant d'exactitude ; & de l'autre, que L. Cossus, personnage grave, se laissoient aller tous deux à ce genre de débauche, sans toutefois que les affaires confiées à leurs soins en souffrissent aucun dommage. Le secret de tuer César fut également confié à Cassius buveur d'eau, & à Cimber qui s'enivroit de gaieté de coeur ; ce qui lui fit répondre plaisamment, quand on lui demanda s'il agréoit d'entrer dans la conjuration ; " que je portasse un tyran, moi qui ne peux porter le vin ".

Il ne faut donc pas s'étonner de voir souvent dans les poëtes du siecle d'Auguste l'éloge de Bacchus couronné de pampre, tenant le thyrse d'une main, & une grappe de raisin de l'autre. Un peu de vin dans la tête, dit Horace, est une chose charmante ; il dévoile les pensées secrettes, il met la possession à la place de l'espérance, il excite la bravoure, il nous décharge du poids de nos soucis, & sans étude il nous rend savans. Combien de fois la bouteille de son sein fécond n'a-t-elle pas versé l'éloquence sur les levres du buveur ; Combien de malheureux n'a-t-elle pas affranchi des liens de la pauvreté ?

Operta recludit,

Spes jubet esse ratas, ad praelia trudit inertem,

Sollicitis animis onus eximit, addocet artes, &c.

Ep. V. lib. I. v. 16.

Si ces idées poétiques sont vraies d'une liqueur enivrante qu'on prend avec modération, il s'en faut bien qu'elles conviennent aux excès de cette liqueur. La vapeur légere qui jette la vivacité dans l'esprit, devient par l'abus une épaisse fumée qui produit la déraison, l'embarras de la langue, le chancellement du corps, l'abrutissement de l'ame, en un mot les effets dont Lucrece trace le tableau pittoresque d'après nature, quand il dit :

Consequitur gravitas membrorum, praepediuntur

Crura vacillanti ; tardescit lingua, madet mens ;

Nant oculi ; clamor, singultus, jurgia gliscunt.

Ajoûtez le sommeil qui vient terminer la scene de ce misérable état, parce que peut-être le sang se portant plus rapidement au cerveau, comprime les nerfs, & suspend la sécrétion du fluide nerveux ; je dis peut-être, car il est très-difficile d'assigner les causes des changemens singuliers qui naissent alors dans toute la machine. Qu'on roidisse sa raison tant qu'on voudra, la moindre dose d'une liqueur enivrante suffit pour la détruire. Lucrece lui-même a beau philosopher, quelques gouttes d'un breuvage de cette espece le rendent insensé : eh, comment cela ne seroit-il pas ? L'expérience nous prouve si souvent que dans la vie l'ame la plus forte étant de sens froid, n'a que trop à faire pour se tenir sur pié contre sa propre foiblesse.

Le philosophe doit toutefois distinguer l'ivrognerie de la personne, d'une certaine ivrognerie nationale qui a sa source dans le terroir, & à laquelle il semble forcer les habitans dans les pays septentrionaux. L'ivrognerie se trouve établie par toute la terre, dans la proportion de la froideur & de l'humidité du climat. Passez de l'équateur jusqu'à notre pole, vous y verrez l'ivrognerie augmenter avec les degrés de latitude ; passez du même équateur au pôle opposé, vous y trouverez l'ivrognerie aller vers le midi, comme de ce côté-ci elle avoit été vers le nord.

Il est naturel que là où le vin est contraire au climat, & par conséquent à la santé, l'excès en soit plus sévérement puni que dans les pays où l'ivrognerie a peu de mauvais effets pour la personne, où elle en a peu pour la société, où elle ne rend point les hommes furieux, mais seulement stupides ; ainsi les lois qui ont puni un homme ivre, & pour la faute qu'il commettoit, & pour l'ivresse, n'étoient applicables qu'à l'ivrognerie de la personne, & non à l'ivrognerie de la nation. En Suisse l'ivrognerie n'est pas décriée ; à Naples elle est en horreur ; mais au fond laquelle de ces deux choses est la plus à craindre, ou l'intempérance du suisse, ou la réserve de l'italien ?

Cependant cette remarque ne doit point nous empêcher de conclure que l'ivrognerie en général & en particulier ne soit toujours un défaut, contre lequel il faut être en garde ; c'est une breche qu'on fait à la loi naturelle, qui nous ordonne de conserver notre raison ; c'est un vice dont l'âge ne corrige point, & dont l'excès ôte tout-ensemble la vigueur & l'esprit, & au corps une partie de ses forces. (D.J.)

 

encyclopédie de Diderot et d'Alembert LIEN

Partager cet article
Repost0

ALKOOL

Publié le par kreizker

ALKOOL


S. m. que quelques-uns écrivent alcohol ; c'est un terme d'Alchimie & de Chimie, qui est Arabe. Il signifie une matiere quelle qu'elle soit, réduite en parties extrèmement fines ou rendues extrèmement subtiles ; ainsi on dit alkool de corail, pour dire du corail réduit en poudre fine, comme l'est la poudre à poudrer.

On dit alkool d'esprit de vin, pour faire entendre qu'on parle d'un esprit-de-vin rendu autant subtil qu'il est possible par des distillations réitérées. Je crois que c'est à l'occasion de l'esprit-de-vin, qu'on s'est servi d'abord de ce mot alkool ; & encore aujourd'hui ce n'est presque qu'en parlant de l'esprit-de-vin qu'on s'en sert : ce terme n'est point usité lorsqu'on parle des autres liqueurs. Voyez ESPRIT-DE-VIN.

 

 

ALKOOLISER


verbe act. signifie lorsqu'on parle des liqueurs, purifier & subtiliser autant qu'il est possible ; & lorsqu'il s'agit d'un corps solide, il signifie réduire en poudre impalpable : ce mot alkooliser vient originairement de l'hébreu , qui signifie être ou devenir léger : il est dérivé de l'arabe , qui signifie devenir menu ou se subtiliser, & à la troisieme conjugaison, , Kaal, diminuer ou rendre subtil ; on y a ajoûté la particule al, comme qui diroit par excellence. C'est pourquoi on ne doit pas écrire alcohol, mais alkool, vû la racine de ce mot. (M) 

 

Diderot-et-dAlembert

Le Sieur Jean Le Rond d'Alembert et Le Sieur Denis Diderot

( ndlr  :  on ne sache pas qu'ils fussent alcooliques... )

 

encyclopédie de Diderot et d'Alembert LIEN

Partager cet article
Repost0