Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BOLIVIE Alcohólicos Anónimos®

Publié le par kreizker

BOLIVIE  Alcohólicos Anónimos®
BOLIVIE  Alcohólicos Anónimos®
Grupo "Serenidad"

Calle México Nº 1554 - Edif. Chuquiago 2do Piso "Oficina 2C) - La Paz

 

BOLIVIE  Alcohólicos Anónimos®
Grupo "Gratitud"

Av. Franco Valle #18, Plaza del Lustrabotas - La Paz

 

BOLIVIE  Alcohólicos Anónimos®
Grupo "Guayaramerin"

Guayaramerin - Beni 

 

BOLIVIE  Alcohólicos Anónimos®
Grupo "No Volver Atrás"

Barrio San José Obrero - Parroquia María Asunta - San Ignacio de Velasco

Publié dans AA Monde

Partager cet article
Repost0

Wat zullen we drinken zeven dagen lang ? - Er is genoeg voor iedereen !

Publié le par kreizker

Qu'allons-nous boire pendant 7 jours ?

Il y a assez pour tout le monde !

Publié dans vidéos

Partager cet article
Repost0

Pontivy. « Pour s’en sortir, il faut pousser la bonne porte »

Publié le par kreizker

in "Ouest-France", 15 Janvier 2021

A l’occasion du Mois sans alcool, un habitant de Pontivy témoigne de la manière dont il s’est sorti de l’alcoolisme. 

Si cet homme vivant à Pontivy (Morbihan) ose parler aujourd’hui de son alcoolisme, c’est « en espérant qu’un gars ou qu’une fille qui, comme moi, est tombé au plus profond du trou, saura y trouver un peu d’espoir ». Il témoigne.

 

Après 30 ans à boire beaucoup trop, Michel a vu le bout du tunnel. « J’ai été un alcoolique invétéré. Dès les premières heures de la journée, six à huit demis de bière dans l’estomac, avec un enchaînement sans fin, tout au long de la journée. »

Si aujourd’hui, il ne boit plus une goutte d’alcool, longtemps, sa seule motivation de la journée était« de picoler. Bières, rouge, pastis, rhum, tout était bon, pourvu que je sois bourré et que je vois la vie en rose… Façon de parler. »

« D’énormes déboires »

Un cercle infernal qui a coûté cher au retraité : « J’ai eu la chance de ne pas perdre mon boulot, mais j’ai connu d’énormes déboires : divorce, interdit de chéquier, perte de mon logement… J’ai atterri dans un hôtel où, pour payer ma chambre, je servais le week-end en salle. Bien entendu, s’il restait du vin à table, il n’était pas perdu. »

Son seul regret, en regardant cette vie d’errance : « Ce que j’ai pu fait subir à mes parents. »Deux cures de désintoxication qui restent vaines. Michel arrête finalement de boire, « un jour pas comme les autres ». Le jour où il a rencontré les Alcooliques Anonymes, une association dans laquelle il s’investira complètement, en prenant du service.

« Dire non au premier verre »

« J’y ai appris quelque chose de fondamental : pour ne pas amorcer la pompe, il faut dire non au premier verre. Et si l’envie est trop forte, bois un verre d’eau et occupe-toi l’esprit pour que cet alcool qui a ruiné ta vie s’éloigne de toi. Mais comme chacun est différent face à l’alcool, si tu ne te sens pas à l’aise dans un groupe d’anciens buveurs et bien n’hésite pas à pousser une autre porte, les associations ne manquent pas. »

Le chemin de l’abstinence n’a pas été sans embûche. À deux reprises, Michel a replongé. « À chaque fois que je me sentais assez fort pour me passer de l’association, et en oubliant ce que l’on m’avait suggéré, à savoir ne pas amorcer la pompe en prenant le premier verre. »Des rechutes difficiles à surmonter, dont il garde un très mauvais souvenir. « Les autres ne peuvent hélas rien faire pour aider un alcoolique, c’est une démarche qui doit venir directement de la personne concernée. Cela, je le vis actuellement, avec une de mes filles, et je ne peux pas poser le verre à sa place. Ma seule espérance, c’est qu’elle puisse, à son tour, pousser la bonne porte. »

En Bretagne, où il est venu passer sa retraite, il s’est remarié et vit tranquillement auprès des siens. Mais pas question de baisser la garde, car les occasions ne manquent pas. Aujourd’hui, il refuse ce premier verre, en ajoutant : « Merci, mais j’en ai assez bu. »

Dans le pays de Pontivy, plusieurs associations peuvent aider les malades de l’alcool. Notamment les Alcooliques Anonymes, qui se retrouvent tous les mardis, à 19 h 30 au centre paroissial de Bolumet, 2, rue Paul-Valéry à Pontivy. Renseignements au 09 69 39 40 20.Le centre hospitalier de Centre-Bretagne dispose d’une unité spécialisée en alcoologie : 02 97 79 01 35.

Publié dans AA Bretagne

Partager cet article
Repost0

Médailles

Publié le par kreizker

Médailles
Médailles

Publié dans boutique

Partager cet article
Repost0