Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

51 articles avec aa bretagne

"Rennes. Ancien alcoolique, il raconte son combat de 39 ans d’abstinence"

Publié le par kreizker

in "Ouest France", 17 avril 2017

Les Alcooliques anonymes sont des groupes de parole qui aident à s'en sortir. Cet ancien ingénieur a pu échapper à l'addiction grâce à cette association.

Les Alcooliques anonymes sont des groupes de parole qui aident à s'en sortir. Cet ancien ingénieur a pu échapper à l'addiction grâce à cette association.

Un Rennais de 89 ans raconte comment il est parvenu à vaincre sa maladie, l’alcoolisme. Avec 39 ans d’abstinence derrière lui, il raconte son combat victorieux.

« Je me suis engagé dans une vie sans l’envie de rien. » Antoine (1), né à l’été 1928,a manqué l’entrée à Polytechnique. Celui qui voulait devenir architecte a été poussé par un père « autoritaire et exigeant » d’origine modeste mais qui a réussi socialement. Marqué par cet échec, le jeune homme s’installe à Paris et ne fait plus rien.

L’homme, 89 ans aujourd’hui, s’amuse des anecdotes : « Je suis né quinze heures en avance, ma mère venait de fêter le 14 juillet avec de l’alcool. » Il déclare, à présent, être alcoolique abstinent.

« J’ai touché le fond »

Antoine devient finalement ingénieur. Il multiplie les stages en Europe et côtoie déjà l’alcool : « J’en avais besoin pour réussir, c’était mon dopant. L’alcool était mon ami. » Son dernier stage au Japon terminé, son patron le met à la porte pour des notes de frais liées à l’alcool trop élevées. « Je n’avais pas conscience du problème », explique-t-il. Antoine tombe dans la dépression en passant deux années au chômage. Il séjourne plusieurs mois en asile psychiatrique d’où il s’évade.

Embauché de nouveau, il doit licencier 200 personnes dans l’entreprise où il devient responsable.« Je me dégoûtais, j’ai pu le faire grâce à l’alcool, glisse-t-il avec lucidité. Je n’en ai pas le souvenir mais j’ai giflé un policier. En cellule de dégrisement, j’ai touché le fond. » Sa seconde femme souhaite l’aider. Il rencontre un masseur réputé, membre de l’association des Alcooliques anonymes. Il obtient des documents sur le groupe de parole.

« Résurrection »

Antoine assiste à une réunion des Alcooliques anonymes. « Je ne m’y reconnaissais pas encore. Je pensais retrouver des SDF autour d’un curé, je n’y serai pas allé seul. »L’ingénieur se rend compte que tout le monde peut être touché.

« Nous apprenons à arrêter de boire pendant 24 heures, c’est difficile. On découvre qu’il s’agit d’une maladie », raconte-t-il. Revenu le lendemain, il considère ce 26 mars 1978 comme un nouveau départ : « C’est le jour de ma résurrection, j’ai une vie mais deux naissances »Apprendre à vivre sans consommer, « c’est une révolution ».

Pas une goutte d’alcool

Cela fait 39 ans qu’il n’a pas touché à une goutte d’alcool. Avec le recul, Antoine trouve l’origine de son addiction : « L’insatisfaction, l’orgueil et un complexe de supériorité. L’humilité est devenue l’antidote de l’orgueil. »Les Alcooliques anonymes ont permis à l’ingénieur en retraite de prendre confiance en lui et surtout dans les autres. « Je suis l’anti-Dieu qui a commencé à estimer les autres », résume-t-il.

L’octogénaire a failli rechuter à deux reprises. L’alcool l’a attiré pendant six mois. Antoine participe encore une fois par semaine aux groupes de parole. « Cela m’aide. Je leur suis reconnaissant car j’ai appris à être vrai et je suis heureux à présent », souffle-t-il. Parce que cette addiction est méconnue, l’homme veut la faire connaître. Il veut à présent aider les autres.

(1) Prénom d’emprunt

Publié dans AA Bretagne

Partager cet article

Repost 0

"Ploumagoar. Pour arrêter de boire, ils confient leurs déboires"

Publié le par kreizker

in "Ouest France", 7 mars 2017

Après les confidences, à l’issue de chaque rencontre, les membres des Alcooliques Anonymes se prennent par la main ; véritable symbole d’une entraide fraternelle

Après les confidences, à l’issue de chaque rencontre, les membres des Alcooliques Anonymes se prennent par la main ; véritable symbole d’une entraide fraternelle

Ils ont posé le verre ou tentent de le faire… Mais tous savent qu’ils ont et auront encore besoin des réunions hebdomadaires des Alcooliques Anonymes, de Ploumagoar (Côtes-d'Armor), pour garder le cap de l’abstinence.

Vendredi, 19 h 30. Six hommes et deux femmes ont pris place autour de la table, dans la salle réservée aux AA, ou Alcooliques anonymes, au cœur de la communauté de Kerprat, à Ploumagoar (Côtes-d’Armor). Les regards des uns et des autres ne sont pas fuyants. Emprunts de bienveillance, ils se posent sur chaque membre prenant la parole.

Henry (1) est invité à faire la lecture des fondamentaux du mouvement. Une lecture qui donne le La de chaque réunion, qu’elle soit ouverte à tous (à raison d’un rendez-vous mensuel), ou fermée, c’est-à-dire réservée aux malades de l’alcool, tous les vendredis.

« Arrêter de boire pour soi »

« La seule condition est d’avoir le désir d’arrêter de boire, rappelle-t-il. Les AA ne sont pas une association religieuse. » Pourtant, il mentionne bel et bien Dieu… Mais, précise illico que le Dieu des AA revêt « une conception propre à chacun ». C’est ainsi que chaque membre peut baptiser sa « bonne étoile », ou bien encore « sa force de vie ».

Autant de préceptes qui sont rappelés pour poser les bases du programme proposé par l’association. Avant d’axer la soirée sur la thématique : « Arrêter de boire pour soi. »

Un thème qui spontanément plaît à Jean, parce qu’il « ramène à l’essentiel. J’ai souvent rêvé d’arrêter de boire, parce que mon environnement familial était demandeur… » Mais, lui sait que s’il est parvenu à devenir abstinent, c’est parce que lui seul avait les clés.

« La chose la plus importante, c’est ce que je pense de moi. C’est avec moi que je vis le plus. Il ne s’agit pas d’égoïsme, tempère-t-il. Désormais, je m’occupe de moi raisonnablement et je m’occupe des autres qui sont importants pour moi. »

« La maladie de la solitude »

Henry, lui aussi, explique qu’il l’a fait pour lui. « L’alcoolisme, c’est la maladie de la solitude, souligne-t-il. Je suis vraiment content d’être sorti de cette spirale. » Avant de revendiquer : « Mon passé d’alcoolique, je m’en sers pour vivre au présent. »

Personne ne coupe la parole. Tous boivent les paroles de ceux qui retracent leurs années de souffrance, leur bonheur d’avoir posé le verre, avant d’être invités à s’exprimer. Ici, le respect de l’autre, de l’Ami, est incontestable.

Jean-Pierre (1), quant à lui, souligne qu’il lui aura fallu un « véritable coup de poing », à savoir 47 jours passés en prison, pour se décider à poser le verre. « Ici, j’ai été bien accueilli. Je n’ai pas été jugé, déroule-t-il. Je suis fier aujourd’hui, mais je sais que je ne l’ai pas fait tout seul. Je l’ai fait avec vous… »

(1) prénoms d’emprunt

Publié dans AA Bretagne

Partager cet article

Repost 0

Un bien gentil message !

Publié le par kreizker

Un bien gentil message !
 

Bonjour,

C'est avec émotion que je rédige ce message. Je suis du groupe Rennes Liberté (qui s'appelait Rennes Centre) et qui, grâce à notre ami Yann, a créé le blog de Kreizker quelques mois après la création du groupe.
Ce blog était à l'origine utile pour diffuser les informations sur les actions, la vie de notre groupe, publier des articles utiles à notre rétablissement et à la connaissance du mouvement, de l'histoire d'AA... Et puis rapidement, devant le succès du blog par-delà le groupe, puis par-delà la ville, puis par-delà de la France, Yann a décidé d'en faire un outil pour l'ensemble des AA francophones.
Depuis, Yann a confié la gestion du blog à d'autres AAmis. Je suis émerveillée de voir comme le blog continue à vivre des années plus tard, à réunir la fraternité autour de notre but commun! Là aussi, il y a eu rotation de service, et je remercie les mains anonymes qui permettent à ce blog de continuer à transmettre le message! Merci infiniment !!!

Notre groupe fêtera prochainement ses 10ans. Je le remercie pour la nouvelle vie qu'il m'a apportée (partage des réunions, service, parrainage, littérature...) Et le blog Kreizker fait partie de cette histoire de rétablissement.

Alors merci infiniment mes AAmis!

 

Le groupe de Rennes "Centre", en avril 2009 :

http://www.kreizker.net/article-30217344.html

 

Merci pour cette très gentille appréciation et longue vie au groupe de Rennes "Liberté".

Quant aux mains anonymes qui ont repris le blog, elles ne sont que... 2 . Et appartiennent à un membre AA quelque part dans la capitale européenne... qui essaye de faire ce qu'il peut.

En tout cas, encore merci, il est toujours malaisé de savoir comment tout cela est perçu.

 

Publié dans AA Bretagne

Partager cet article

Repost 0

FRANCE, DINAN (22) : AA Anglophone

Publié le par kreizker

in "Ouest-France", 11-12 Février 2017

 

FRANCE, DINAN (22) : AA Anglophone

Salle "Oshun" - Maison des Associations "La Source" - 1 Boulevard André Aubert  - 22100 Dinan - France

 

Publié dans AA Bretagne

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>