Julie Godart n’a plus honte de dire «Je suis alcoolique»

Publié le par kreizker

in "La Voix du Nord" (France), 17 juillet 2016

Wavrechain-sous-Denain: avec ses peintures Julie Godart n’a plus honte de dire «Je suis alcoolique»

Julie Godart, est âgée de trente-sept ans, sa dépendance à l’alcool a débuté voilà vingt ans, alors qu’elle était à l’école d’infirmière. Depuis quatorze mois, elle est abstinente, mais pour elle, elle est et sera toujours alcoolique. Depuis 2010, elle s’est mise à peindre et elle expose ses tableaux à la médiathèque.

Julie Godart a indiqué sous un tableau : « je vis un toubillon d'émotions ».

Julie Godart a indiqué sous un tableau : « je vis un toubillon d'émotions ».

Julie pourquoi cette exposition ? : « Pour moi, peindre, c’est en quelque sorte un art-thérapie. Je ne me prends pas pour une grande artiste, mais je veux surtout faire passer de petits messages. En sortant de la cure, j’ai fait des tableaux différents, moins sombres. Le premier fut un volcan, qui rejetait l’alcool de mon corps. Depuis, j’ai découvert d’autres facettes de ma créativité, je fabrique des bijoux, des marque-pages, des crayons, des petits livres, tout cela m’aide à vaincre mon angoisse. Je voulais appeler mon exposition La Renaissance, mais ce n’était pas suffisant, j’ai donc décidé de la nommer Dés’alcoolisation ».

Comment sortir de cette dépendance ? : « Il ne faut pas rester seul dans son coin, car tout le monde peut s’en sortir. Mais il faut savoir qu’après la cure, c’est difficile, on souffre énormément. Les premiers jours d’abstinence ne sont pas faciles, mais je suis en train de me retrouver complètement. Sans alcool tout revient. Depuis, la foi m’aide beaucoup ainsi que mes amis de l’association des Alcooliques anonymes (AA). Je vois toujours mon alcoologue et je vois mes amis, le tout est complémentaire ».

Vous vous sentez comment désormais ? : « Je suis une autre personne. Je veux montrer par où je suis passée et ce que j’ai mis en place pour m’en sortir. La peinture m’aide à me vider de tout, je suis fière de montrer ce que je suis capable de faire ».

L’alcool est toujours présent ? : « Bien sûr, je passe mon temps libre avec des personnes sobres. Quand je suis moins bien, je ne sors pas pour ne pas me laisser tenter. Avant quand j’étais énervée, je buvais de l’alcool, aujourd’hui c’est fini ».

Quels conseils pouvez-vous donner aux personnes en prise avec l’alcool ? : « D’abord aller rencontrer les AA. Être conscient que l’alcoolisme est une maladie et que beaucoup de professionnels sont là pour soigner cette dépendance. Aujourd’hui, je n’ai plus honte de dire : je suis alcoolique. Je n’ai plus honte d’être au grand jour. Avec cette exposition, beaucoup de gens vont savoir qui je suis, mais ça ne me gêne pas, cela peut arriver à n’importe qui. C’est une drôle de maladie, mais ce ne doit pas être tabou, même si le plus souvent une partie de la société nous rejette ».

Publié dans divers en vrac

Commenter cet article