un singe sur le dos, rediffusions

Publié le par kreizker

vendredi, 13 novembre 2009 à 20:45

Rediffusions :
20.11.2009 à 14:45
03.12.2009 à 14:45
Un singe sur le dos
(France, 2009, 101mn)


L'histoire touchante d'une déchéance et d'une résurrection incarnée par Gilles Lellouche, époustouflant en alcoolique sauvé par la solidarité de ses semblables.

Poivrot à la dérive dans les rues de Lille, Francis ne cesse de remâcher les étapes de sa dégringolade, ponctuée par des cuites à répétition : son licenciement sans gloire d'un boulot de commercial, son impuissance à arrêter l'alcool, ses relations de plus en plus chaotiques, jusqu'à la rupture, avec sa femme et son fils. Un jour, un de ses compagnons de trottoir meurt dans son sommeil, victime d'un coma éthylique. Louis leur vient en aide et appelle les pompiers. Il a échappé à la dépendance grâce aux Alcooliques anonymes...

Solidarité et dépendance
Ce film réaliste remarquablement interprété (Gilles Lellouche en tête, mais aussi Carole Franck) révèle la solidarité humaine qui fait la force des Alcooliques anonymes. Jacques Maillot rend un bel hommage à l'organisation et, à travers elle, à tous ceux qui se battent pour "tisser à nouveau, avec une patience d'horloger, les fils épars de leur existence" dévastée par l'alcool. Il décrit avec une grande justesse les mécanismes autodestructeurs de l'addiction - le titre, traduction d'une expression anglo-saxonne, désigne à la fois la dépendance et les douleurs de la désintoxication. Il raconte surtout, à travers les soubresauts de cette résurrection si peu spectaculaire, "toute la bassesse et toute la grandeur dont l'homme est capable".


http://www.kreizker.net/article-arte-13-novembre-2009-20h45-37897513.html

Publié dans cinémAA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cine phil 14/11/2009 11:15


Bon film, et bonne représentation des réunions et de l'ambiance AA, des moments vrais que les amis AA ressentiront avec intensité, A VOIR


Michele M 14/11/2009 05:38


a voir ou a revoir:j'ai bien apprécié et ai pu m'identifier dans pas mal de ses déboires et aussi dans ses premières 24 heures...